REFLEXION

Les transporteurs d'Oran s’organisent

Les dernières mesures prises par le ministère des Transports, notamment l’augmentation de 50 % sur les prix du billet des transports en commun ainsi que ceux des taxis, viennent d’être au centre d’un intéressant débat organisé par l’Union des transporteurs d’Oran, affiliée à l’Union générale des commerçants algériens (UGCAA).



Les transporteurs d'Oran s’organisent
Outre ces augmentations qui, à Oran, ont été « plus ou moins accueillies favorablement », les représentants des transporteurs ont, également, d’autres requêtes. Ainsi et selon le porte-parole de l’union, d’autres revendications sont sur la table et qui demandent une « écoute franche et sincère de la tutelle ». Ce dernier n’a pas manqué de rappeler aux participants que les transporteurs demandent, aussi, des rabattements fiscaux et parafiscaux, la multiplication des licences de taxis et un véritable plan de circulation qui prévoit la fluidité de la circulation et, surtout, des parkings et des places pour le stationnement, car c’est ce qui manque le plus à Oran. Pour sa part, le porte-parole de l’UGCCA a reconnu que la situation anarchique qui caractérise le secteur est due essentiellement à l’ignorance par les concernés de la réglementation en vigueur, signalant que depuis l’ouverture du champ aux transporteurs, leur nombre s’est surmultiplié puisqu’ils ont « investi en force le secteur : 70.000 bus, 150.000 taxis et 7.000 auto-écoles sont des indicateurs assez importants pour nécessiter une meilleure régulation du secteur ». Des représentants du ministère des Transports présents à cette rencontre ont expliqué aux concernés les axes essentiels du contenu du dernier décret ministériel « qui ne se veut nullement coercitif » mais décreté « pour améliorer la qualité des services, car les hausses du ticket de transport prises en faveur des transporteurs, exigent également une contrepartie au profit de l’usager ». Ils ont aussi  évoqué le problème du contrôle technique qui était, jusque-là, n’avait pas été évoqué, alors qu’il était à l’origine de la majorité des accidents de la route à Oran. Enfin, il a été décidé d’instituer des inspections inopinées par des inspecteurs assermentés, des moyens de transport pour vérifier les tickets de bus et les compteurs de taxis, les conditions de transport… Ces vérifications peuvent avoir lieu aussi bien au niveau des gares routières que des arrêts. Les intervenants auraient aussi gagné à évoquer la bonne tenue des transporteurs en commun, notamment, les musiques imposées aux familles, les arrêts hasardeux, les temps de stationnement, les slaloms entre bus, etc. Tous ces points serviraient, également, les transporteurs qui seraient, ainsi, réhabilités dans leurs rôles de service public.

Medjadji H
Mercredi 13 Mars 2013 - 21:00
Lu 185 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+