REFLEXION

Les spéculateurs font flamber les prix des fruits et légumes à Mostaganem



Les spéculateurs en majorité dépourvus de registres de commerce, sont à l’origine  de la désorganisation au niveau du marché gros de fruits et légumes, d’où la conséquence de la hausse des prix de ces produits, observée depuis quelques  temps ont estimé de nombreux  fellahs et commerçants spécialisés dans le créneau et autres mandataires. "La flambée des prix de fruits et légumes s'explique, souvent, par la spéculation due au manque d'organisation et de contrôle au niveau des marchés de gros", a encore indiqué   Belkhadouma Krimo, président de  l’association des consommateurs de la wilaya de Mostaganem. Les prix des fruits et légumes connaissent, en ce début  de printemps et enregistrent  une montée vertigineuse des prix de certains produits de large consommation s'affichaient allégrement dans des fourchettes élevées par rapport à la moyenne de la saison. En effet, un petit tour aux différents souks et  marchés  à Mostaganem a confirmé ce constat qui est le sujet privilégié de la population .Le prix de la pomme de terre, atteint actuellement  les 45 DA/kg, la tomate 150 DA/kg, la courgette 120 DA/kg, la carotte (70 DA/kg), la pomme (100 DA/kg), banane (180 DA/kg), l’orange ‘’Thomson’’ (150 DA le kg),les petits pois( 70 DA /kg ). Pire encore, en plus des prix inabordables, les commerçants trouvent le culot de vendre  des légumes englués de terre grasse, de racines et de feuilles qu’ils gagneraient à enlever par respect pour les consommateurs. En effet, faute de régulation, la spéculation  a tendance à gagner du terrain, estiment nos interlocuteurs .Selon le président de l’association des consommateurs,  plus  de 50% des fruits et légumes écoulés sur le marché passent par des intermédiaires non recensés. D’ailleurs, dans ce contexte un décret exécutif fixant les conditions et modalités d'implantation, d'organisation et de fonctionnement des espaces commerciaux, ainsi que l'exercice de certaines activités commerciales, a été publié en 2012 pour mieux organiser les transactions commerciales à travers notamment l'introduction de la lettre d'accompagnement que l'agriculteur doit remettre désormais au mandataire afin d'assurer la traçabilité du produit. Une mesure qui devait contribuer à lutter contre la multiplication des intermédiaires qui opèrent dans le circuit de distribution des fruits et légumes, dont les prix ont sensiblement augmenté                     

Hagani
Mardi 8 Avril 2014 - 10:39
Lu 298 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+