REFLEXION

Les scandales de l’agence foncière de Mostaganem continuent… (3eme partie)

LES DEPUTES ET LE DIRECTEUR DE L’AFMOS "LES MIEUX SERVIS"

Avant de terminer avec ce feuilleton spécial AFMOS, Il est nécessaire de souligner que l’ex directeur Mordjane Youcef, a été poursuivi en justice en 2003 et 2004, et avait été mis sous contrôle judiciaire pour dilapidation des deniers publics et transactions non conformes à la législation en vigueur. A l’époque la justice lui avait même retirer son passeport afin qu’il ne puisse quitter le territoire national aux fins de l’enquête. Depuis, d’autres preuves sont apparues, à nouveau l’incriminant et qui pourraient le mettre à l’ombre, mais ceci est un autre feuilleton qui sera publié prochainement.



Les scandales de l’agence foncière de Mostaganem continuent… (3eme partie)
En effet la liste des 198 logements, suscite des interrogations pour ce qui est du citoyen, pour se demander comment les personnes citées se sont retrouvées dans cette même liste, ce qui donne effectivement à réfléchir. Il est clair que les logements en question, ont été bien choisis par ces responsables, députés et autres personnalités , du fait qu’ils sont d’un grand standing , ils sont situés à la salamandre et au bord de la mer, il est clair que ce choix n’est par fortuit, car ils ont une valeur inestimable surtout en saison estivale et que dans un avenir proche leur coût dépasserait le milliard, ils peuvent aussi être loués à des montants qui dépasseraient les 30 millions de cts mois.

L’ex directeur de l’AFMOS a bénéficié d’un grand lot terrain dans la zone "OAIC" au nom de sa mère
Avant de revenir aux reste des personnalités figurant sur cette fameuse liste, il y a lieu de signaler au passage que l’ex directeur Mordjane Youcef, a quant à lui acheter un terrain à proximité de l’OAIC au nom de sa mère, alors que la loi le lui interdit du fait qu’il était le directeur de l’AFMOS, dans ce cas il ne peut être acheteur et vendeur en même temps. Pour en terminer avec ce fameux feuilleton, chers lecteurs et lectrices ce dernier épisode et non moins important et tenez vous bien, car après les entrées comme chacun le sait c’est au tour du plat de résistance. Le scandale est d’autant plus grand dans sa globalité, pour revenir aux fameux bénéficiaires de ces logements à grand standing et que ce cher Mordjane, s’est permis de les distribuer à sa guise.

Des députés bénéficient de F5 et F4 au nom de « l’honnêté et de la citoyenneté »
Pour revenir à ce dossier noir, il y a lieu avant de poursuivre de faire savoir à nos chers lecteurs et lectrices que cet épisode, fait ressortir certains faits concernant certains députés qui nous représentent et qui se croient au dessus de tout soupçon. Ces personnalités qui ont été élues par les citoyens pour préserver leurs intérêts, ont été les premiers à se servir, alors que lorsqu’on entend leur discours, que ce soit dans les meetings ou les rassemblements on est enclin à leur confier le pays et même nos enfants et pour ne pas s’étaler encore plus ils ne connaissent pas les droits et devoirs, nous vous citons les trois députés bénéficiaires des logements. Ces représentants du peuple ont bafoué toutes les règles déontologiques et briser le serment fait à leurs électeurs en étant les premiers à figurer sur la fameuse liste. Dans ce contexte, un député soit disant « Honnête » a bénéficié de deux logements, le premier au nom de sa fille et le deuxième au nom de son épouse à savoir un F5 -8 bloc E aux 72 logements. Un autre député de la région du Dahra, a bénéficié lui aussi d’un logement F4 aux 59-bloc L aux 72 logements, quant au troisième il a bénéficié d’un logement F4 aux 60 bloc aux 72 logements.

L’ex sous directeur de l’AFMOS a enlevé de la liste un malheureux pharmacien et l’a remplacé par sa belle mère
Autre fait à signaler, c’est celui de l’ex sous directeur «C.D» de l’AFMOS , celui-ci s’est permis d’enlever de la liste un des bénéficiaires « un pharmacien » pour être remplacé, par celui de sa belle mère, alors qu’il avait versé une première tranche de 500 000 Da, pour mieux l’arnaquer il lui a envoyé une mise en demeure, soit disant pour régulariser sa situation, mais toujours est-il que cette fameuse mise en demeure n’est jamais parvenue à son destinataire. Il apparait opportun d’expliquer ce qui s’est réellement passé, car selon les informations recueillies, la mise en demeure a été faite par l’huissier " K Habib " actuellement en détention. Dans ce même sillage, le scénario a été conçu de sorte à brouiller les pistes par un subterfuge des plus machiavéliques, du fait que par la suite le logement en question lui est revenu par le biais de sa belle mère qui le lui a revendu. Les magouilles, sont allées bon train, avec l’ex directeur de l’AFMOS, qui n’a cessé de faire des affaires sur le dos du contribuable et de l’état. Dans ce même contexte, un autre cas nous met devant la malhonnêteté de certains cadres, qui ne reculent devant rien pour se remplir les poches.

Un agent a la direction des transports, propriétaire de plusieurs lots de terrains et de logements attribuées par l’AFMOS
Une affaire louche, pour le moins scabreuse qui vient d’être portée à notre connaissance, il s’agit d’une transaction immobilière faite entre un agent de la direction des transports répondant aux initiales de H.B.A résidant à El Amria « Ain Témouchent et d’un particulier. Dans cette affaire, il s’agit d’un logement F 3 qui a été vendu à 295 millions de cts en 2006 par cet examinateur qui vient de changer d’avis, et qui a sommé l’acheteur de lui restituer le logement en question après plus de 5 années, alors que ce dernier est en possession d’une attestation légalisée au niveau de la mairie avec deux témoins et qui s’est dit étonné de ce revirement si soudain. Cet agentr, qui a bénéficié d’un logement qui lui a coûté 60 millions de cts du fait que l’état l’a subventionné à hauteur de 3o millions de cts et revendu, posséderait entre autre, un logement à Kharrouba, un lot de terrain aux Sablettes et serait propriétaire d’une villa et d’une ferme agricole à El Amria. Nonobstant ce dernier cas, il y a lieu de se demander, qui contrôle l’agence foncière ? Après que l’on est enregistré tous ces noms, dont la plupart ne sont mêmes pas originaires de Mostaganem. Pourquoi à-t-on laissé faire, alors que l’ex wali était sensé contrôler les listes pour se poser une autre question encore plus importante du fait qu’on a donné tous les pouvoirs de décision et toute latitude à l’ex directeur de l’AFMOS, qui s’est permis de distribuer les logements selon son bon vouloir. Cependant la loi est tout à fait claire, car les logements promotionnels, doivent être mis aux enchères et vendus au plus offrant ce qui n’a pas été le cas et les listes n’ont jamais été affichées, faisant fi de la loi ils ont été vendus à des prix symboliques si l’on compare leur valeur réelle, du fait de leur emplacement stratégique. Pour mieux illustrer les magouilles il y a lieu de constater, que l’ex directeur de l’AFMOS, n’a eu aucun mal à faire du business, alors que toute transaction immobilière de ce type aurait du avoir le consentement de l’ex wali sur proposition de la daïra, mais ces deux institutions n’on rien fait pour arrêter le responsable concerné qui a trouvé le champ libre. Y a-t-il complicité dans cette affaire, seul l’avenir nous le dira. A bon entendeur salut .

Benyahia Aek
Samedi 8 Octobre 2011 - 22:03
Lu 1507 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+