REFLEXION

Les retraités montent au créneau, 40 %... Ça passe ou ça casse… !

Le point de presse que le secrétaire général de l’UGTA, a fait la semaine dernière a été axé sur l’augmentation du Salaire national minimum garanti (SNMG). Pour lui cette augmentation de 3000 DA toucherait plus de 600 000 retraités qui étaient à 75% du SNMG. Soit 11250 DA.



Les retraités montent au créneau, 40 %... Ça passe ou ça casse… !
Ce chiffre est contesté par la FNTR qui le situe autour de 400 000 bénéficiaires. Le ministre du Travail quant à lui s’est plus préoccupé par l’incidence financière que l’Etat s’apprête à prendre en charge sur son propre budget. C’est une manière indirecte de renvoyer ce dossier sur les écritures de 2012. La FNTR ne l’entend pas de cette oreille, son secrétaire national, chargé de l’information, a déclaré le 10 octobre dernier que la revendication d’une augmentation de 40% de toutes les pensions est irréversible. Il ne s’agit pas pour lui d’attendre 2012 puisque l’effet rétroactif est celui de janvier 2010. Toute décision qui sort de cette plateforme revendicative contraindra les retraités de sortir dans la rue, eux-mêmes et leur famille. Un long rapport circonstancié justifie de telles revendications. Qu’en est-il exactement ? Les travailleurs qui quittent leur vie active ne devront plus être considérés comme les oubliés de la nation. Leur pension doit suivre l’évolution des salaires comme cela se fait dans la plupart des pays qui se respectent. Il y a l’exemple du travailleur en activité qui occupe un poste de veilleur de nuit à la CNAS et qui touche un salaire net de 41 000 DA alors qu’un chef de département de niveau N-2 exerçant dans une société nationale sorti en 1997 avec une pension de 20 000 DA ne bouclerait pas aujourd’hui les 30000 DA par mois. Durant la même période un kg de viande qui valait 2 heures de travail en coûterait deux journées de travail aujourd’hui. Les cadres retraités qui avaient cotisé durant des années au profit de plusieurs caisses, et notamment les retenues exorbitantes en ITS et IRG, contestent aujourd’hui ce qu’ils appellent le bricolage du gouvernement pour contenter uniquement les bas retraites. Les cadres retraités ont indiqué, que l’augmentation des pensions de retraites doit se faire en général et selon des mécanismes internationaux. Il ne s’agit pas d’augmenter les petites retraites de ceux qui avaient cotisé uniquement quelques années ne dépassant pas les dix ans, et oublier et stagner ceux qui avaient remplis les caisses des contributions pendant plus de 35 ans. Le salaire d’un cadre qui a exercé pendant 32 ans, sa pension de retraite calculée à 20 000 da puisqu’il est sorti au début des années quatre-vingt-dix, il s’est vu aligné avec l’un de ses ouvriers qui avec les dernières augmentations, il touche 19500 da !? Donc à quoi servira le poste de responsabilité ou de cadre en Algérie ? Puisque le gouvernement lui-même considère 20 000 da une fortune ! Et les trente millions des députés une paie. Devant cette situation, aucun des députés n’est intervenu sur ce dossier des retraités. Ces députés qui eux touchent au minimum un million par jour, ne peuvent pas comprendre comment vit celui qui touche un million par mois ou trois, quatre millions par mois. Une grande différence et aussi une large différence dans le rendement aussi des uns et des autres. Automatiquement, comme le disait les vieilles dames de chez nous, quand le chef du gouvernement touche un salaire de 50 millions, le SNMG doit sans aucune équivoque commencé de la somme de 10 millions. Et cela est ignoré par le patron de la centrale syndicale Sidi Saïd and Cie. Enfin d’ici le 24 octobre, si aucun compromis n’est trouvé, les retraités investiront la rue le 25 octobre, pour crier leur misère, peut être un ou des responsables du pouvoir écouteront les cris de misère et leur régularise la situation à coup de dinars au lieu de coups de matraque des brigades anti-émeute bien rémunérées avec rappel !.

Ibn Khaldoun
Mercredi 19 Octobre 2011 - 11:05
Lu 661 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+