REFLEXION

Les résidents universitaires des cités « 2000 lits » et « Kharrouba » montent au créneau

Les étudiants que nous avons croisé ne veulent plus que l’on leur refile n’importe quoi à manger et se demandent où vont et à quoi servent les faramineux budgets alloués par l’Etat pour gérer ces résidences. Les étudiants ont fermé les portes des deux résidences citées et ont empêché les directeurs de rejoindre leurs bureaux.



Les résidents universitaires des cités « 2000 lits » et « Kharrouba » montent au créneau
D’après un communiqué de l’organisation nationale des étudiants Algériens, en notre possession, les étudiants dénoncent la qualité des repas et de certains produits, non seulement  non comestibles mais qui présentent un danger pour la santé du consommateur. Les étudiants contestent la qualité des repas, et demandent le renforcement du personnel au niveau des restaurants des cités, la mise en place d’un programme de restauration et le respect des horaires des repas.  D’après certains étudiants, la qualité de certains yaourts et crèmes desserts, est médiocre et a, un arrière gout bizarre, semblable au gout de la graisse, ce qui laisse supposer que ces produits contiennent beaucoup de matières grasses,  du coup,  ils sont une menace pour la santé des étudiants. En parlant de santé, justement les étudiants dénoncent le manque flagrant de certains médicaments, d’infirmiers, de permanences médicales et d‘une ambulance. Il est reproché à certains directeurs leur excès d’autoritarisme, et leur écart de conduite envers les résidants et notamment la gente féminine. Comme il est reproché à certains responsables au niveau des campus, de ne pas assumer leurs responsabilités, ou de carrément les fuir. L’absence d’un dialogue franc et fructueux entre les deux parties, est la cause du pourrissement de la situation, qui se détériore chaque jour un peu plus. Les étudiants réfutent et s’opposent à certains responsables au sein des administrations des campus, qui profitent en l’absence des directeurs, de leurs prérogatives pour imposer leur loi et leur dictature, envers les étudiants. Cette forme  de terreur est révolue disent-ils, et c’est en contradiction avec les directives émanant du ministère de la tutelle. Les contestataires veulent aller jusqu’au bout en cas de  refus de la direction à honorer leurs revendications. Ils précisent dans ce contexte que malgré les efforts déployés par le directeur de la DEW, certains directeurs ne veulent pas suivre et adhérer à sa démarche pour le bien des étudiants.

Mihoub
Jeudi 2 Février 2012 - 12:59
Lu 479 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+