REFLEXION

Les pollueurs sans scrupule : LA DIRECTION DE L’ENVIRONNEMENT INTERPELEE.



Les pollueurs sans scrupule : LA DIRECTION  DE L’ENVIRONNEMENT INTERPELEE.
Dans les pays qui nous devancent sur bon nombre de points, tous les moyens sont mis en œuvre pour éradiquer les fléaux sociaux, entre autre, et faire en sorte que la vie de leurs citoyens se déroule dans un cadre agréable et organisé, tout en écartant les désagréments découlant de certains comportements humains déviants. Ces pays, pour parer à tout ce qui dérange la liberté d’autrui, ont pris des mesures coercitives tendant à fixer des règles de conduite que chacun est tenu d’observer. Ceux qui dérogeraient à ces règles encourraient des sanctions allant de la simple contravention à des peines plus sévères et ce, dans le souci de préserver les droits de chacun et de protéger la santé des citoyens lorsqu’elle est menacée. En matière de pollution, par exemple, car c’est le problème que nous soulevons, tous les moyens sont mis en œuvre, pour en réduire le taux et par là même les conséquences sur la vie des citoyens. Tout le monde y contribue : les politiques en premier lieu pour mettre en place des textes législatifs appropriés à chaque situation, en collaboration avec les scientifiques et les chercheurs dans tous les domaines, les industriels, les constructeurs automobiles, ainsi que les citoyens eux-mêmes. Pour leur part, les citoyens sont astreints à doubler d’effort pour préserver le milieu environnemental, dans lequel ils évoluent, de toutes les agressions pouvant nuire à autrui. Tous les lieux publics et espaces collectifs sont protégés de telle sorte que nul ne se sente dérangé ni contraint de subir les excès d’autrui. Un exemple concret et des plus significatifs est celui du tabagisme. Ailleurs, la où l’on se soucie d’abord de la santé d’autrui, dans l’ensemble des lieux publics il est quasiment interdit de fumer. Même dans les milieux des transports publics il existe des wagons réservés aux fumeurs et d’autres aux non fumeurs. Chez nous, nous n’en sommes encore pas à ce stade. Les fumeurs s’octroient le droit de fumer en tous lieux et inutile de leur faire la remarque. Ces pollueurs sans gêne et sans scrupule se fichent éperdument des désagréments qu’ils causent aux autres. Dans un lieu public, comme la poste , par exemple, où il y a toute sorte de gens : des malades chroniques, des femmes accompagnées de leurs enfants et des personnes âgées, certains fumeurs ne se soucient guère de leur présence et allument cigarette après cigarette. Un autre problème de pollution, et non des moindres, est celui des échappements de gaz des voitures. Certains véhicules mal réglés laissent échapper une traînée de fumée derrière eux et circulent en toute quiétude en ville sans que personne n’intervienne. Là où les gens sensés luttent pour la réduction de l’effet de serre et du taux de pollution, chez nous en a l’impression que ce problème ne préoccupe personne ; cependant, en haut lieu, les politiques prennent à cœur ce genre de problème et tentent de mettre en application les mesures prises, en ce sens, lors des différentes rencontres internationales. Il est peut-être grand temps que ces décisions soient réellement mises en application sur le terrain pour faire en sorte que soit préservée la santé publique. Serait-ce trop demandé que l’on s’abstienne de fumer dans les lieux publics et que les véhicules pollueurs soient contrôlés ? Il nous emble qu’il s’agit là l’un des droits les plus élémentaires auquel peuvent aspirer les non fumeurs.




M. Bentahar
Samedi 21 Mars 2009 - 08:17
Lu 507 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+