REFLEXION

Les partis du ‘’frigo’’



Depuis sa création en 1997, le Rassemblement National Démocratique n'a pas connu de crise de militants comme c'est le cas aujourd'hui. Celui qu'on disait ‘’né avec des moustaches’’ traverse, actuellement, une crise qui risque de le déplumer encore de ses derniers cadres. Dans toutes les wilayas du pays, les rapaces du « Randou » se sont livrés une guerre sans merci, qui a causé une blessure qui peine à se refermer. Les premiers fondateurs ont été exclus ; tant mieux pour eux et la rivière qui coulait sous leurs pieds, s‘est asséchée et il n'en reste que les cailloux, qui sont incapables même de convaincre un jeune adolescent d’adhérer au parti. Ces petits cailloux qui ont été mis dans les chaussures des compétences pour ralentir leur marche, sont maintenant méprisés par tout le monde. Que reste-t-il du parti « Rab Nediha Draâ » ?...presque rien ! Hormis quelques secrétaires de wilaya, dont la plupart ont été élus députés, on ne sait par quel enchantement? De toute façon, il y a une justice quand même, un autre parti qui se voulait être rassembleur, n'était qu'un parti de circonstance dont la date de péremption a été largement dépassée. Pour cacher l’odeur de la gangrène qui commençait à s'exhaler, ses chefs l'ont mis dans un frigo dit ‘’présidentiel’’. S'il sort, l'odeur se dégageant de ce parti, obligera le peuple à l'enterrer. Dès lors que ces partis sont  à l'agonie, pourquoi les citoyens les intègreront-ils ? Sont-ils obligés de supporter l'arrogance répugnante de leurs chefs impopulaires. On se demande combien de listes APC auront-ils lors des prochaines municipales.  S'ils arrivent à réunir 1500, ça sera avec du n'importe qui. Tant mieux qu'ils aient 1500 ou plus. Sinon les résultats obtenus, lors des précédentes échéances électorales, seront remis en cause et seront plus que contestables. 18 ans après, le RND et l’autre parti survivent et suscitent la pitié, alors qu'au même moment, il est impératif de rendre hommage à des fondateurs qui avaient vraiment une grande compétence politique à l'image de Mokdad Sifi et Mohamed Salah Dembri.

Charef Slamani
Samedi 14 Février 2015 - 10:28
Lu 202 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+