REFLEXION

Les nouveaux déstabilisateurs de l’économie



Les marchés sont devenus en peu de temps les nouveaux acteurs et les nouvelles forces qui inquiètent les pouvoirs démocratiques dans le monde entier. Des petits pays aux plus grandes économies, les gouvernements craignent aujourd’hui plus qu’autre chose ses entités désincarnées et qu’on appelle les marchés. Les comportements de ces acteurs ainsi que leurs réactions face aux décisions gouvernementales et aux politiques économiques sont scrutés avec la plus grande attention par les gouvernements de tous les pays. Ces inquiétudes vis-à-vis des marchés et leur pouvoir croissant dans nos sociétés sont significatifs de la montée en puissance de la finance qui dépasse parfois le poids des électeurs et du politique. Mais, qui sont ces marchés et d’où détiennent-ils leur pouvoir et cette force qui inquiète autant qu’elle fascine? Il s’agit d’un grand nombre d’acteurs qui interviennent sur les marchés financiers en effectuant des placements d’actifs financiers dont les actions et les obligations. La force des marchés provient des montants des actifs qui y circulent et qui ont été estimés à près de 80000 milliards de $ en 2009. Mais qui sont les acteurs les plus importants sur les marchés? Il s’agit de loin des fonds de pensions, en grande partie américains, et qui gèrent les placements des caisses de retraite américaine et qui ont représenté en 2009 près de 28000 milliards de $. Mais, s’ils sont les plus importants, les fonds de pensions ne sont certainement pas les plus dangereux dans la mesure où ils privilégient des stratégies d’investissement de long terme et ne favorisent pas les comportements spéculatifs. Parallèlement au fonds de pensions, il faut mentionner deux autres intervenants majeurs sur les marchés financiers à savoir les fonds d’investissements qui gèrent des actifs estimés à 22,9 milliards de $ en 2009 et les compagnies d’assurance qui arrivent en troisième position avec un montant d’actifs légèrement supérieur à 20000 milliards de $. Parallèlement à ces acteurs majeurs, on peut souligner d’autres qui arrivent nettement plus loin avec les montants des actifs gérés. Ainsi, on peut souligner les fonds souverains avec un peu moins de 4000 milliards d’actifs et les private equity avec 2500 milliards d’actifs. Mais, ce sont surtout les fonds spéculatifs qui font le plus parler d’eux. Pourtant, même s’ils sont nombreux avec près de 9500 organismes, ils ne gèrent que des montants beaucoup plus faibles d’actifs qui ne dépassent pas les 2000 milliards de $.

Charef Slamani
Mercredi 13 Juillet 2011 - 10:15
Lu 247 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+