REFLEXION

Les milliards de la relance dégagent une forte odeur



Les milliards de la relance dégagent une forte odeur
Il se chuchoterait dans certains milieux, de sous, assez bien introduits dans le monde de la finance internationale, que l’Algérie serait la petite princesse qui disposerait des mensurations de rêve et qui, vierge, ferrait le bonheur d’un bon prince à la recherche d’une alliance à même de permettre à son royaume de redorer son blason, le monde de la finance internationale ne va pas si loin dans la métaphore bien entendu. Ce sont les « certains milieux » dont on ne peut jurer de la proximité réelle avec les vrais décideurs en ce bas monde, qui s’empressent de faire ce parallèle. Remarquer qu’ils parlent d’alliance et pas d’autres choses. Nous sommes donc censés comprendre que le marché que nous proposent les puissants du moment ne sera pas celui de dupes, ils ont bien trop de respect pour une économie vierge qui n’a pas été contaminée par l’épidémie financière mondiale qui a emporté bien des banques. Les nôtre sont nickels. Elles billent à des milliers de kilomètres à la ronde. Pareil pour notre trésor public. Au moment où ceux du reste du monde coulent sous les déficits abyssaux notre trésor à nous affiché une santé insolente. On ne compte plus les records d’excédents en un mot, la première grande épidémie du troisième millénaire est passée sans nos talents. L’Algérie a su s’élever au bon moment dirait-on dans « certains milieux », aussi, nous pouvons nous permettre de la comparer à une vraie belle princesse en bonne santé.

Réflexion Réflexion
Mercredi 1 Décembre 2010 - 08:53
Lu 265 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+