REFLEXION

Les mercenaires de la plume



Décidément, les plumes n’écrivent plus ce qu’elles doivent écrire et surtout défendre un ordre et ses valeurs qui se battaient pour décorer les humbles chevaliers du verbe, beaucoup d’entre –elles, se sont vendues à Satan, et au fric, empoisonneur …Elles n’écrivent plus sur les malheurs de cette frange de la société qui ne parvient plus a voir le bout du tunnel et se bat encore pour quelques miettes de pain, et de beaucoup d’eau saumâtre ,colportée à dos d’âne à des dizaines de kilomètres de ces chaumières que le feu ravage de temps à autre, et la pluie et le vent transpercent de part et d’autres….Elles ne relatent plus les histoires de ces hameaux retranchés de l’histoire et de la géographie de ce pays de milles et un chantier, ces bourgs qui attendent depuis des lustres, une piste où la poussière ne s’élèvera point et la boue ne prendra plus jamais, un chemin qui les rattachera au monde de ces vivants qui croquent les jours et l’argent de tous ces autres que la chance « administrative « n’a pu toucher et sauver par le manque de tant de raisons .Elles ne rapportent plus ces faits où la mal vie est quasi présente et reste souvent à l’origine de tragiques formes de suicide et où les gens et les animaux se disputent le peu de vie qui restent en ces lieux de la désolation… Les plumes du mercenariat vantent les qualités de tant d’oppresseurs, qu’ils rendent par la force des choses, si sages, si cléments et si bons envers les autres, ces opprimés qui ne cessent de demander un peu plus de pain… Les plumes de la brosse vernissent de couleurs gaies, tous les tableaux de la laideur, elles maquillent les monstruosités et les bavures en vertus qui nous ont manqué depuis tant d’années ,d’après elles ….Les plumes du fric se prostituent aux mépris de tous les principes qui régissent le journalisme, elles dénaturent la nature, se positionnent souvent au cotés des causes injustes, font l’éloge de la tyrannie et proclament partout que seule l’injustice doit être l’unique reine et maitresse en tous lieux et en toutes circonstances….Les mercenaires de la plume gagnent du fric, n’accordent aucun crédit à la préservation des principes, rien ne semble être bon a défendre, seule la couleur de l’argent mérite d’être bien décrite et farouchement défendue, en ces temps et en ce monde où le moindre principe est interdit de séjour….. !

L. AMMAR
Lundi 19 Juillet 2010 - 14:14
Lu 472 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+