REFLEXION

Les médecins résidents désavouent Ould Abbès

Les résidents en médecine, en chirurgie dentaire et en pharmacie reviennent sur le terrain de la contestation. Cette fois-ci, pas pour défendre des intérêts socio-pédagogiques propres à eux mais pour dire leur désarroi devant la persistance de la pénurie de médicaments.



Un problème crucial qui continue d’affecter particulièrement les deux services d’oncologie et des urgences. «Non à la condamnation des malades atteints de cancer», «Nous avons besoin de médicaments et d’équipements pour nos malades»… et autres doléances exprimées sur deux grandes banderoles brandies à l’occasion d’un rassemblement, tenu hier, à l’entrée du Centre Pierre et Marie Curie (Cpmc) à Alger. Les résidents en colère contestent fortement les déclarations du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et autres responsables du secteur qui assurent avoir mis en place les mesures nécessaires pour contrecarrer la pénurie répétitive de médicaments. «Ce ne sont pas les déclarations qui vont régler le problème. Nous voulons du concret», insiste le  Dr Tewfik Yelles, porte-parole du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), l’initiateur de l’action protestataires. Il faut que cette situation s’arrête», plaide le médecin résident. Et ce dernier de rapporter que 47 000 cancéreux sont enregistrés par an en Algérie. 28 000 nécessitent une radiothérapie mais seuls 8 000 bénéficient de la prise en charge nécessaire en la matière. C’est dire la grande frustration que vivent les praticiens de la santé, dépourvus de moyens pour venir en aide à leurs malades. Aussi, indiquent les résidents protestataires, tous les rendez-vous de radiothérapie de cette année sont reportés à l’après-juin 2012. La situation est vraiment critique, voire bouleversante, alors que les responsables du secteur tiennent des déclarations rassurantes. Le problème est assez sérieux pour que le ministre de tutelle, Djamel Ould Abbès, cesse de le prendre à la légère. Ce dernier qui continue de dire à la Télévision, à la Radio et autres médias de la presse écrite et électronique qu’«il n’y a pas de pénurie de médicaments.

Riad
Jeudi 2 Février 2012 - 12:59
Lu 310 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+