REFLEXION

Les huit solutions, face aux tensions budgétaires de l’économie algérienne, entre 2017/2020

Pour la première fois la référence avec l’épuisement du fonds de régulation comme je l’ai préconisé il y a quatre années pour plus de transparence d’efficacité de la dépense publique , le gouvernement a retenu avec réalisme, la moyenne du marché prévue c’est à dire 50 dollars le baril pour 2017 avec un important déficit du trésor dont l’avenir entre 2017/2020 sera lié à l’évolution du cours du pétrole/gaz. Avec l’épuisement du fonds de régulation des recettes fin 2016, que faire car tout accroissement des dépenses rapport aux recettes prévues accroitra le déficit budgétaire avec un impact inflationniste?



Il faudra distinguer la part des dépenses en dinars (solutions internes) de la part en devises et distinguer les actions conjoncturelles, des actions structurelles qui seules sont une réponse appropriée aux défis futurs du pays.
1.- Selon le rapport Perspectives de l’Économie Mondiale  du 4 octobre,  présenté par le Fonds monétaire international (FMI), contrairement aux prévisions euphoriques de certains experts, le cours du pétrole s’établirait  à 51 dollars en moyenne annuelle pour 2017.Toujours selon le FMI,  le PIB algérien devrait passer de 3,6 en 2016 à 2,9 en 2017.  Mais le plus inquiétant c’est le prix de cession du  gaz traditionnel représentant un tiers des recettes de Sonatrach  avec une prévision de 50% en 2020. Or, selon le FMI a atteint son  cours le plus bas en douze ans en raison certes du à  la chute des cours du pétrole, mais également  par la vigueur de l’offre russe en gaz naturel et par l’affaiblissement de la demande asiatique. La loi  des finances 2017 prévoit malgré une baisse d’environ 30% du budget d’équipement, un solde global du Trésor de 1248 milliards de dinars  soit au cours du 04/10/2016 de 109 dinars un dollar   un  déficit de 11,44 milliards de dollars soit de 8%, contre un déficit de 15% en 2016. Alors que faire(1) ?
2.-Premièrement, il ya urgence d’aller vers une allocation ciblée  des  ressources financières  et une rationalisation des dépenses (économies de gestion)  tant pour la partie devises que dinars, supposant de lutter contre les surcouts et la corruption.  Mais existent des limites tant  économiques que sociales quitte à étouffer toute l’économie, puisque l’Algérie est  une économie rentière où les recettes en devises avec les dérivées représentent 97%. Les exportations hors hydrocarbures étant marginales 83% du tissu économique reposent  sur le petit commerce/services, le secteur productif, excepté l’agriculture, étant embryonnaire et environ  70% des besoins des ménages et des entreprises publiques et privées dépendent  de l’extérieur.
3.-Deuxièmement, accroitre la fiscalité ordinaire pour la  sphère réelle pour les  ménages tout   et les entreprises,  l’impôt direct étant le signe d’une plus grande citoyenneté, la facilité pour tout gouvernement étant  l’ accroissement de l’impôt indirect injuste par  définition), tout en   étant conscient que l’impôt peut tuer l’impôt , supposant une réforme fiscale fondement à la fois de l’équité et de l’efficacité ,   tout   en intégrant intelligemment par des mécanismes transparents la sphère informelle loin de toute action administrative bureaucratique,  
4.-Troisièmement, continuer le dérapage du dinar pour la partie  dinar, pour ne pas dire dévaluation,  le cours étant passé  de 75 dinars  un dollar il y a trois années à 110 dinars un dollar  et de 85 dinars un    euro à   120 dinars un euro  fin 2016, constituant une épargne forcée,  tant par  rapport au dollar gonfle la fiscalité pétrolière (vente en dollars)   et par rapport à l’euro la fiscalité ordinaire, les taxes à la douane s’appliquant à un dinar dévalué. Avec un cours de 75 dinars un dollar, et 85 dinars un euro,  le déficit du trésor dépasserait 20 milliards de dollars
5.-Quatrièmement, continuer à puiser dans les réserves de  change pour la partie devises qui selon la banque mondiale  clôturerait à 112 milliards fin 2016  et selon la  banque d’Algérie à 120 milliards de dollars  ayant  un répit de quatre années au vu des importations de biens et services incompressibles, ,   une économie productive mettant du temps à l’instant T0 de sa mise en œuvre  (minimum cinq années) , le temps ne se rattrapant jamais en économie.
6.-Cinquièmement, aller vers un endettement extérieur ciblé pour la partie devises uniquement  pour les segments concurrentiels productifs.
7.-Sixièmement, mettre en place une politique  à  des subventions et transferts sociaux ciblés inter socioprofessionnelle et inter régionale. Mais n’ayant pas une vision de sinistrose, la justice sociale, pas l’égalitarisme,  n’est pas antinomique avec l’efficacité économique impliquant une plus grande moralisation de la société et des dirigeants, supposant un partage équitable  du sacrifice et dont les responsables doivent donner l’exemple et avoir un langage de vérité. Ainsi, la  loi prévisionnelle des finances 2017 prévoit 1.630,8 mds DA  alloués aux transferts sociaux (23,7% du budget de l'année 2017) essentiellement destinés au soutien aux familles, essentiellement à travers la subvention des prix des produits de base (céréales, lait, sucre et huiles alimentaires), au soutien à la santé et  aux programmes nationaux de logement. A l’avenir  si le cours se maintient  entre 45/60 dollars, cette généralisation  des subventions, injuste par définition,  sera intenable financièrement  impliquant  un ciblage pour les plus démunis  et les secteurs que le gouvernement  veut encourager transitoirement.
7. -Septièmement, la solution ultime conjoncturelle serait la planche à billet – car avec 50 dollars le baril, il  n’ y a plus de marges de manœuvres en cas d’un cours  de  50 dollars ou moins, ce d’autant plus  qu’ avec l’emprunt obligataire qui a concerné surtout les surliquidités au niveau de la sphère réelle asséchant les banques, tout en ayant permis des rentes spéculatives avec les transferts de fonds des banques à un taux  d‘intérêt de 2% vers le trésor à un taux d’intérêt de 5% ( voir nos contributions 2015/2016  www.google.com 2014/2016) . Cette procédure  n’est  pas  propre à l’Algérie, l’histoire économique montant que la majorité des Etats  en cas de crise budgétaire l’ayant utilisé  pour réduire leur endettement public. Cela induit une épargne forcée,  au détriment des couches défavorisées et moyennes,  le processus inflationniste jouant  comme vecteur de redistribution de revenus au profit des revenus variables  qui en Algérie sont en dominance dans la sphère marchande réelle et informelle. Eviter la dérive inflationniste comme au Venezuela (plus de 300%) suppose   une régulation forte  conciliant le cadre macro-économique et le cadre macro-social.  
8.- Huitièmement, pour éviter le scénario dramatique des impacts de la baisse du cours du pétrole des années 1986, la solution la plus durable  est d’avoir une vision stratégique afin d’asseoir une économie diversifiée dans le cadre des valeurs internationales.  Il ne faut plus se faire d’illusions, un cours de pétrole entre 80/100 dollars  est  improbable rendant urgent, pour l’Algérie, si elle  veut éviter sa marginalisation,  l’émergence d’une économie diversifiée dans le cadre de la mondialisation. Sans réformes structurelles profondes, supposant un minimum de consensus politique et social et une visibilité et cohérence dans la démarche des réformes,  il ne faut pas  s’attendre à des miracles.
En résumé, afin comme le prévoit le FMI  d’avoir une  réduction progressive du déficit budgétaire entre 2017-2020, ces huit actions peuvent être combinées mais supposant une vision stratégique  et une maitrise de la régulation d’ensemble évitant les tactiques conjoncturelles qui reportent les tensions dans le temps. Comme instruit par le président de  la République  et pour des raisons de sécurité nationale, le langage de la vérité s'impose. L’Algérie n’a pas d’autres choix : réussir les réformes qui seront douloureuses à court terme mais porteuses d’espoir à moyen et long terme pour les générations présentes et futures,  possédant  toutes  les potentialités pour réussir supposant une autre démarche où le Politique, l’Economique, le Social, le Culturel  sont dialectiquement liés. Ou rester   en statut quo en  retardant  les  réformes  structurelles ce qui  conduira inéluctablement à la cessation de paiement horizon 2020 avec les risques  de tensions sociales et la déstabilisation de la  région méditerranéenne et africaine  avec des interférences étrangères, du fait que l’Algérie est  un enjeu géostratégique, ce qu’aucun  patriote algérien ne souhaite.   
(1)- Voir Interview à la télévision Chorouk TV 07 octobre 2016  du professeur Abderrahmane Mebtoul  sur les huit solutions proposées et le 07/10/2016 interview à Beur TV sur la réunion informelle OPEP/OPEP à Istanbul le 10 octobre 2016 en marge du congrès mondial sur l'énergie.

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Samedi 8 Octobre 2016 - 18:06
Lu 4452 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+