REFLEXION

Les habitants du village de ‘’Cap Blanc’’ à Oran marginalisés



Des dizaines d'élèves du village, de « Cap Blanc », relevant de la commune d’el Kerma, wilaya d’Oran,  souffrent de  l’absence d’une école primaire, et même d’un CEM, ce  qui a transformé leur quotidien en un enfer insupportable à tous les niveaux, en raison du manque d'une vision claire, ainsi que  la faiblesse des ressources financières auxquels est confrontée la commune, sans oublier que la majorité de la population souffre du chômage étouffant.  A cet effet, les habitants du village de « Cap Blanc »,  situé au nord-ouest d'Oran, crient leur désarroi et se plaignent de leur marginalisation et ce, malgré les énormes potentialités touristiques qui abondent dans la région. Les jeunes sont au chômage depuis des années et ne sont employés que temporairement en été quand les vacanciers investissent les lieux. La majorité d'entre eux s’occupe du gardiennage des plages, du parcage des véhicules, où de simples boulots sans importance. Cependant, la cherté de la vie a augmenté la souffrance de la catégorie des chômeurs de la région, qui exigent un travail et de l'emploi à la lumière de la marginalisation qui s’est emparée de leur région depuis des décennies, et ce en raison de   l’absence d’infrastructures, d’emplois et de transports, car les habitants de cette région se déplacent encore avec d’énormes difficultés. Le transport, ce créneau qui a été investi par les « Clandestins », qui ont dominé  le secteur et dépouillé les citoyens.      

Touffik
Samedi 14 Mars 2015 - 09:49
Lu 365 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+