REFLEXION

Les habitants du camp Sonatrach 4 menacent de radicaliser leur mouvement

La direction régionale de la zone industrielle (DRIZ) refuse de régler les charges d'électricité des résidents alors qu'elle encaisse les charges locatives. Les résidents de ce village ne savent plus à quel saint se vouer du fait que la direction générale aval Sonatrach leur a transmis une copie de la circulaire dans laquelle elle leur signifiait que toutes les charges d'électricité et eau sont prises en charge par la direction aval qui procède mensuellement au règlement des factures des cadres occupant ce village et sont mentionnées dans les fiches de paie de ces travailleurs.



Malheureusement hier matin les services techniques de la Sonelgaz de la daira d'Arzew se sont présentés au lieu et ont procédé aux coupures des énergies électriques des 220 occupants de logements de fonction qui attendent depuis plus de 30 ans la cession ,sont confrontés au quotidien à d'énormes problèmes ,du fait que ce camp familial est géré anarchiquement par la DRIZ (direction régionale de la zone industrielle d'Arzew) qui  perçoit jusqu'à l'heure actuelle les charges locatives estimaient à 18.000  Da /mois auprès des complexes et unités  dépendant de l'entreprise aval sonatrach qui   procède aux paiements des charges locatives des travailleurs qui occupent ces logements en préfabriqués et qui sont dans un état déplorable avec  le branchement anarchique des câbles électriques haute tension qui sont suspendus  en l'air, alors que les compteurs sont accrochés dans ces baraques en préfabriqués sans aucune mesure sécuritaire du fait qu'ils ont fait l'objet de plusieurs cas de coup de circuit, de haute  tension , et  qui ont provoqués des incendies qui ont causés plusieurs cas d'accidents de brulures de 2ème et 3éme degré si l'on prend l'exemple d'une dame occupant  un  de ces logements qui lors d'un coup circuit  a voulu couper le courant s'est fait brulée  le  visage et même son corps n'a pas été épargné. Les résidents de ce village se sont organisés et ont créé  une  association pour transmettre leur message au DG, pour trouver une solution à ce problème, qui consiste à alimenter les foyers en gaz naturel, ainsi que  la réalisation des  travaux d'assainissement et des éradications des fosses septiques ,ont sollicités à maintes reprises les pouvoirs publics puisque aucun élu de cette importante municipalité n'est en mesure de régler le problème de la cession et de l'amélioration du cadre de vie de ces 220  familles qui vivent le calvaire au quotidien quoique des promesses ont été données par les responsables concernés  , pour qu’elle procède au branchement de ce camp en gaz de ville, n'a pas vu le jour jusqu’ à l'heure actuelle et l'ensemble des riverains se ravitaille en  gaz butane alors que la conduite se trouve tout juste à côté au  camp 5.  Les membres de l'association se sont rapprochés du chef de la daira de Bethioua  qui leur  a fait savoir qu’il a bien reçu leurs doléances  et qu’il va transmettre le message au DG. Il nous a aussi affirmé que les services chargés du foncier  vont  nous accompagner aux services concernés  pour  voir ce qu’il y a lieu de faire pour régler ce problème. Notre interlocuteur nous a dit que d’ici jeudi, une solution sera trouvée,  l’un des habitants de cette cité non sans nous affirmer que l’association dont il dépend pourra radicaliser la contestation si jamais ce problème ne trouvera pas de solution, menaçant de “radicaliser” leur mouvement de contestation en recourant à la fermeture de la RN  au niveau de leur localité.

Medjadji H
Mardi 27 Décembre 2011 - 10:10
Lu 755 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+