REFLEXION

Les essais nucléaires français au Sahara algérien : L’une des causes des cancers chez les Algériens

REVELATIONS D’UN EXPERT FRANÇAIS

A la Une des journaux d’hier en France, « pour la première fois dans le volet pénal du dossier un rapport judiciaire établit un “lien probable” entre les essais nucléaires français en Polynésie et en Algérie et certains cas de cancer ». Une étape décisive pour les 150 000 victimes potentielles des essais menés dans ces deux pays entre 1960 et 1996, écrit le journal, et qui pourrait aboutir à la mise en cause de l’Etat.



Les essais nucléaires français au Sahara algérien : L’une des causes des cancers chez les Algériens
Cité mardi par le journal Le Parisien, Florent de Vathaire, un expert scientifique, qui a travaillé pendant  des années sur les conséquences pour les personnes civiles et militaires qui assistaient aux essais nucléaires français. Les révélations  de cet expert constituent un pas majeur vers la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français, selon le journal français .Ces rapports d’expertise ont été réalisés à la demande de la juge d’instruction Anne-Marie Bellot, en charge de l’enquête ouverte à la suite de la plainte déposée fin 2003 par l’Association des victimes des essais nucléaires (Aven). Mais l’expert nuance : «D’un point de vue scientifique on ne pourra jamais affirmer avec certitude telle ou telle causalité et ce pour une raison simple : ces cancers ou ces leucémies ne sont pas uniquement causés par les radiations».Il précise qu’il souhaite également «lancer rapidement une étude globale sur les Polynésiens qui étaient âgés de moins de 5 ans à l'époque des essais», car «on sait aujourd’hui avec certitude, des études récentes le prouvent, que de faibles doses de radioactivité peuvent avoir de graves conséquences sur la thyroïde des jeunes enfants comme le déclenchement de cancers ou d’autres pathologies». L’expert déplore n’avoir «pas eu accès à toutes les données. Il reste des informations classées secret-défenses. Une information judiciaire contre X a été ouverte en septembre 2004 à Paris relatives aux conséquences sur les personnes civiles et militaires qui y assistaient des essais nucléaires français, menés au début des années 1960 au Sahara, et jusqu'à 1996 en Polynésie française.Quelque 150 000 civils et militaires ont participé aux 210 essais nucléaires français conduits de 1960 à 1996 au Sahara algérien et en Polynésie française. 

Riad
Mardi 17 Juillet 2012 - 20:56
Lu 894 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 21/07/2012 15:17
Il faudra juger et condamner également les signataires des accords d' Evian , dont certains sont encore en vie, pas seulement l' Etat français !

2.Posté par presse algerienne le 26/08/2012 13:23
on enterre les dossiers, des milliers d’algériens ont du avoir être contaminés, tués, là si comme de rien n’était

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+