REFLEXION

Les erreurs minent l’état civil d'Oran

La nouvelle direction de l’état civil d’Oran, située à Medina Jdida ne désemplit jamais, il y a une foule devant les nombreux guichets du service et les excès de colère sont légion.



Les erreurs minent l’état civil d'Oran
C’est que les choses sont si compliquées que retirer un document d’état civil qui relève presque toujours du parcours du combattant. En réalité cela est vrai surtout pour ceux qui n’ont pas la chance de disposer d’entrée sûre et comme pour ajouter du vinaigre à cette salade russe ou macédoine ,nombreux sont les citoyens qui, en plus d’être confrontés quotidiennement aux tracas de longues files d’attente aux guichets retirent des documents comportant des erreurs ,entre fautes de frappe ou d’écriture dans la transcription des noms et prénoms .La correction de ces fautes ressemble aux épreuves d’un vrai parcours du combattant. Rencontré aux guichets, un jeune nous dira « j’ai patiemment attendu pour avoir ma carte d’identité, mais une fois la pièce retirée, je me suis rendu compte qu’elle comportait une erreur dans la transcription de mon nom de famille ».
Parfois on retrouve des erreurs même sur les documents rectifiés. De tels cas ne sont pas rares dans les différents guichets de la Daïra d’Oran et résument à peu près tout le calvaire subi par les citoyens .Malgré toutes les mesures prises par les services concernés plus de 1000 demandes de modifications des actes de l’état civil sont enregistrées chaque mois par les tribunaux de la wilaya d’Oran et une trentaine de demandes de jugement est déposée au niveau des tribunaux spécialisés .Pour l’exemple, le tribunal de cité Djamel Eddine est submergé par le nombre selon le responsable du service de rectification, on a enregistré au 1er semestre 2011 quelques 7000 demandes de jugements pour rectification d’erreur .Les actes de naissance et de mariage viennent en tête des demandes .Selon toujours ce même responsable ,plus de 5000 jugements ont été délivrés durant cette période .Selon les déclarations de chefs de service d’état civil approchés par notre rédaction, à travers les communes de la Daïra ces problèmes auraient pour origine le recrutement du personnel non qualifié car selon eux ,près de 80% sont recrutés dans le cadre du filet social ou de l’emploi des jeunes. Ne disposant ni de diplômes ni de qualification, ces jeunes pressés de surcroît par la forte demande et le stress commettent des fautes que le citoyen doit payer de sa personne et de son temps .Il y a lieu de noter que selon des informations recueillies à la Mairie d’Oran près de 1.500.000 imprimés ont été consommés par les services de l’état civil de la commune en 2010. A noter également que depuis l’ouverture du service de Medina Jdida beaucoup d’améliorations ont été apportées à l’état civil, notamment la délivrance de l’acte de naissance 12S.

N. Bentifour
Dimanche 23 Octobre 2011 - 10:52
Lu 629 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+