REFLEXION

Les élèves du primaire et moyen en « repos forcé » à Tlemcen

GREVE DU PERSONNEL DE L’EDUCATION

Comme prévu, de très nombreux élèves poursuivant leur scolarité dans les établissements des cycles primaire et moyen ont été renvoyés chez eux mardi et mercredi en raison de la décision prise par l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef) d’organiser deux journées de protestation accompagnées de sit-in devant les sièges des directions de l’Education.



Les élèves du primaire et moyen en « repos forcé » à Tlemcen
Les personnels de plusieurs corps affiliés à ce puissant syndicat autonome ont suivi le mouvement en réaction au communiqué qui leur était adressé par l’Unpef. En plus des enseignants, le débrayage a concerné aussi les inspecteurs, chefs d’établissements, adjoints d’éducation, intendants et le  personnel des laboratoires. Les échos font état d’un large suivi par les adhérents de ce syndicat qui se targuent d’avoir réussi à regrouper pour la première fois différents corps relevant du secteur de l’Education dans une même grève. Dans un tableau indiquant le taux de suivi par wilaya, il est noté que le débrayage dans la wilaya de Tlemcen a atteint le chiffre significatif de 75%. Sur le terrain, il semble, en effet, que le débrayage ait été massivement suivi puisque la plupart des élèves ont dû rebrousser chemin peu après 8h. Les écoles et collèges dont les travailleurs sont sous la bannière de l’Unpef sont donc restées désertes mardi et mercredi. Le mouvement a touché, bien sûr, même  les lycées puisqu’en dehors des enseignants, des surveillants généraux et des jeunes employés dans le cadre de l’ANEM, le reste du personnel était en grève. Les réunions ayant regroupé l’Unpef et le ministère de tutelle en vue de débloquer la situation n’ont abouti à aucun résultat positif, selon le résumé de la réunion qui peut être lu sur le site de l’Unpef. Cela n’augure rien de bon puisque ce syndicat, rassuré par l’attitude de ses adhérents, est décidé à aller de l’avant pour concrétiser toutes les revendications. L’action sera encore plus dure promet l’Unpef puisqu’il est prévu d’entamer une grève d’une semaine renouvelable automatiquement si le ministère ne répond pas favorablement aux revendications. On doit donc s’attendre à une détérioration de la situation à partir du 29 avril si, entre temps, les deux parties ne parviennent pas à trouver un accord. La fin de l’année risque d’être perturbée au grand désarroi des parents et des élèves.  

Razen
Samedi 28 Avril 2012 - 11:34
Lu 412 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+