REFLEXION

Les djihadistes ont-ils infiltré les services secrets français ?

Parmi les quatre personnes en garde à vue, impliquées dans les attentats de Paris, figure une adjudante de la gendarmerie française, en poste au fort de Rosny-sous-Bois, haut lieu du renseignement français. Le militant politique belge, Luc Michel, revient sur la question et s’interroge si vraiment, DAECH a réussi à infiltrer les services secrets français ?



"EL-AMNI", les services secrets de DAECH (personne n'en parle, c'est un chapitre complet du livre de Samuel Laurent sur L'Etat Islamique), ont-ils infiltré les services secrets français ? Une curieuse gendarme au cœur du centre du renseignement français.  Quatre personnes  de l'entourage d'Amedy Coulibaly  ont été placées ce lundi en garde à vue dans l'enquête sur les attentats de janvier à Paris, qui ont fait 17 morts en plus de leurs trois auteurs. Les sources judiciaires n'ont pas donné davantage de détails », dit Le Figaro. Mais selon Europe 1, « parmi les gardés à vue figure un couple d'un genre spécial. Amar, proche de Coulibaly, dans le radar des enquêteurs depuis un certain temps. Il était déjà arrêté depuis le 23 janvier, mais pour une affaire de trafic de stupéfiants. C'est la première fois ce lundi qu'il est entendu par les enquêteurs de la police judiciaire du 36, Quai des Orfèvres, pour cette affaire. Sa compagne est également en garde à vue. Le Canard enchaîné révélait leur incroyable liaison il y a quelques semaines. Adjudante de la gendarmerie nationale, Emmanuelle est convertie à l'islam depuis deux ans. Elle était en poste au Fort de Rosny-sous-Bois (un temple du renseignement qui abrite le Service central des réseaux et technologies avancées, le Service technique de recherches judiciaires, de documentation et le Système des opérations et du renseignement). Elle aurait consulté les fichiers informatiques de la gendarmerie concernant son compagnon, après les attentats. Elle avait été suspendue de ses fonctions début février, ajoute Le Figaro. La gendarmerie française y a aussi installé sa division de lutte contre la cybercriminalité, créée en 2005. Une vingtaine de personnes travaillent à relever les infractions, en se concentrant jadis surtout sur la pornographie enfantine. Mais aujourd’hui sur la traque des djihadistes et autres radicalités sur le Net. Belle position pour une militante islamiste proche de DAECH ! Samuel Laurent consacre au renseignement le chapitre 5 de son livre. Il y explique comment « Les maîtres de l’EL-AMNI, les services de renseignements de l’EI », affectionnent la fausse propagande. Par de faux activistes anti-EI, de faux assistants des journalistes occidentaux, de faux agents de la CIA à leur solde, ils tendent des souricières pour infiltrer aisément l’ennemi, diffusent de faux renseignements et commanditent des campagnes efficaces de désinformation.

Riad
Samedi 14 Mars 2015 - 09:49
Lu 1067 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+