REFLEXION

Les deux épouses n’étaient pas au courant



Cela s’est passé dans une des communes relevant de la daïra de Mesra dans la wilaya de Mostaganem. Un homme voulant se marier avec une femme avec laquelle, il a noué des relations intimes, s’est présenté au service de l’état civil de ladite commune pour se procurer un extrait d’acte de naissance le concernant, pièce obligatoire pour la transcription de l’acte de mariage. Cependant, un hic administratif freine la procédure, le demandeur est déjà marié et son extrait de naissance porte la mention marginale. Alors comment faire pour supprimer cette mention qui dérange, sachant que la future épouse ignore tout du passé de son fiancé. Pour ce faire, il était disposé à tout faire pour se faire délivrer le document en question sans mention. Pas étonnant, puisque deux jours après, c’était chose faite. Aucune mention en vue sur l’extrait de naissance. Ainsi, il contracta le mariage en bonne et due forme, sans le moindre souci, jusqu’au jour où sa nouvelle femme eût vent de son premier mariage et qu’il serait toujours valide, selon les informations qu’elle avait recueillies. Une scène s’en est suivie et une plainte fut déposée pour déterminer les circonstances dans lesquelles cet extrait de naissance avait été délivré. L’enquête serait en cours.

. .
Lundi 26 Avril 2010 - 10:46
Lu 505 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+