REFLEXION

Les desseins de l'ennemi (1ere Partie)



Les desseins de l'ennemi      (1ere Partie)
L'Israélien disparu dans le sud algérien était-ce un agent à la solde du Mossad, venu espionner les installations industrielles algériennes et par conséquent les installations dites de haute technologie, ou tout simplement un espion du Centre National d’Intelligence (CNI) espagnol, d’autant plus que cet espion serait porteur d’un passeport espagnol, au moment où il frôlait le sol algérien. Si le CNI, dans sa politique de redéploiement, tentait de ré-accaparer la région du Maghreb et de là le Sahel et l'Afrique subsaharienne, en mettant en place ses réseaux de renseignement et d'influence, il serait consacré certainement au renseignement sécuritaire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l'immigration clandestine. L'on sait avec certitude aujourd'hui que les activités du CNI ont crû exponentiellement dans les trois dernières années, ce qui a obligé à destiner et à spécialiser un nombre chaque fois plus grand d'agents et d'analystes. Dans le "Grand jeu" africain s'entrecroisent, immigration clandestine, terrorisme, trafic de stupéfiants, kidnapping, trafic d'armes, blanchiment d'argent, lutte des grandes puissances occidentales pour les ressources énergétiques et les minerais stratégiques, ainsi que la nécessité d'assurer la présence et l'expansion des entreprises espagnoles. Pour ce qui est de l'immigration clandestine, le gouvernement Ibérique a désigné au centre comme objectif prioritaire, le frein de l'immigration clandestine dans les pays d'origines, fondamentalement celle provenant du Sahel et Golfe de Guinée. Un travail efficace qui a permis de démantibuler les réseaux maffieux et la réduction drastique des patéras qui arrivent aux îles Canaries. Concernant le terrorisme, la présence croissante de celui-ci, sous le parapluie nébuleux "d'El-Qaïda" au Maghreb, est devenue une priorité. La séquestration des coopérants espagnols ont obligé le CNI à se déployer, c'est-à-dire miser sur les ressources humaines et techniques dans la région du Sahel constituée par Le Mali, le Niger, le Tchad et la Mauritanie. Sur un autre registre, le CNI essaie par tous les moyens dont il dispose, de mettre une barrière au trafic de stupéfiants, à la vente illégale d'armes et au blanchiment d'argent. Et pour ce faire, il faut être au top, à jour dans le renseignement, notamment concernant les pistes aménagées pour l'atterrissage des avions en provenance des cartels Colombiens, les itinéraires et passages empruntés pour acheminer la drogue, dont les revenus, une fois blanchis serviront de financer d'autres activités illégales dont le terrorisme. S'agissant de la course pour les ressources énergétiques et les minerais stratégiques entre les puissances les plus notables, les Etats-Unis, la Russie et la Chine et à un degré moindre la France, concourent pour contrôler les ressources du continent (Pétrole, gaz, Uranium), l'Espagne, sans ressources d'énergie propres, ne peut pas rester en marge de cette bataille livrée en Afrique du Nord et subsaharienne, et c'est l'une des raisons que les grandes entreprises espagnoles nourrissent des alliances d'approvisionnements et s'impliquent dans de nouveaux projets. A suivre

Amara Mohamed
Dimanche 11 Avril 2010 - 10:09
Lu 321 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+