REFLEXION

Les déçus des dessous de Mostaganem

BITUMAGE DES ROUTES OU BLANCHISSEMENT D’ARGENT

Tous ces pseudo-travaux bâclés entrepris sont du gaspillage d’argent, puisque l’on fait tout simplement du maquillage sans intérêt , en refaisant les trottoirs en bitumant les routes et avenues de la ville à la va vite pour se donner bonne conscience. Autre fait important c’est que les entreprises chargées de ces travaux sont au nombre de trois dont certains patrons sont parents de certaines autorités, comme quoi c’est toujours ceux qui ont le bras long qui bénéficient de contrat important pour rafler la mise et empocher des milliarrds.



"YA M'ZEOUEQ MEL BERA ,OUECH HALEK MEL DAKHEL ?"

Les déçus des dessous de Mostaganem
Comme de coutume on entreprend des travaux ou toutes sortes de réaménagement périodique cependant dans la foulée de ces précipitations, aucune coordination pour ce qui est de l’organisation routière, surtout qu’il s’agit du bitumage d’avenues et route du centre ville causant de grandes perturbations en matière de circulation des véhicules au niveau de l’avenue Mohamed Khémisti, route d’Oran , la Salamandre et autres, où l’on a déjà procèdé à des travaux de réaménagement et de bitumage. Mais le hic c’est que ces avenues qui ont été bitumées, l’on constate qu’aucune norme n’a été respectée, à savoir que :  la couche de bitume  a été tellement élevée qu’elle est au même niveau que les trottoirs,sans compter les nids de poules larges comme des crevasses au milieu même de la chaussée. Selon un un ex responsable des travaux publics. .

Où sont  passés les ingénieurs des travaux publics pour le suivi des travaux ?
Ce qui est grave, c’est que  des personnes qui sont du métier tels que certains techniciens qui sont au fait de ce genre de travaux, se demandent pourquoi il n’y a aucun contrôle ni suivi lors de travaux importants comme le bitumage, selon eux à voir la quantité de bitume que mettent les entreprises parfois sur certains tronçons met en évidence le non respect des normes qui régissent de tels projets qui consomment des milliards. Selon un autre technicien des travaux publics : « les couches sont parfois de 15/20 cm alors qu’ailleurs ils mettent du gasoil noir liquide qui disparait en été alors que  5/8 cm de bitume suffirait, et avec la quantité employée, on pourrait ainsi faire 2 fois plus de bitumes sur 2 fois plus de routes ! Cette façon de procéder gonfle les factures et le travail est bâclé, car du bitume en aussi grande quantité est instable et c’est pour cela qu’on voit des sillons laissés par les roues, des véhicules lourds et légers et à la longue l’on voit apparaître des nids de poule, comme d’ailleurs vous pouvez le constater sur l’avenue Khemisti près de l’immeuble qui est en construction ou à partir de l’OPGI en allant vers Mazagran ou sur le nouveau  front de mer de la Salamandre ou même sur l’avenue de Benyahia Belkacem et pour camoufler tout cela on n’a refait que les emplacements de bouches d’égouts. Autre chose, on ne peut faire du bon travail lorsqu’on est perturbé par la circulation des véhicules qui empêche une concentration dans le travail, car avec le dérangement continu, l’entreprise qui a le projet bâcle le travail pour terminer et aller ailleurs, aussi  pourquoi  ne pas stopper la circulation sur les tronçons traités pendant le bitumage et permettre aux équipes de travailler dans de bonnes conditions. Avec les voitures, qui roulent dessus avant son refroidissement il est certains que le bitume lorsqu’il est chaud se déforme le jour même de sa pause !!!  On a tendance à croire que c’est  fait exprès pour être refait dans quelques temps, car dès que les gens roulent dessus on se retrouve avec des sillons de 10 cm d’écart avec le niveau de la route ! Ils sont où les ingénieurs du génie civile, comment, font-ils  pour avaliser de tels  projets aussi mal faits et qui coûtent des milliards.

Le bricolage, l’art des nouvelles  entreprises parachutées  d’en haut .. !
Selon notre interlocuteur, un ancien des travaux publics : la couche de bitume est trop épaisse par endroit et trop mince en d’autres nous dira-t-il, aussi il ne faut pas s’étonner si des gonfements apparaissent par la suite pour refaire encore, ce qui va permettre à certains entrepreneurs de gonfler la tchipa. Dans un autres contexte poursuivra-t-il, si l’on compare la ville de Mostaganem par rapport à d’autres villes du pays celle ci ont réglé le problème de circulation routière en milieu urbain, en construisant des  ponts suspendus ou en aménageant des tunnels et des trémies pour désengorger la ville du fait qu’aujourd’hui il y a les moyens et les solutions pour organiser les réseaux routiers, alors qu’à Mostaganem la situation ne fait qu’empirer surtout à l’heure de pointe et  le nombre croissant de véhicules.  Le constat est des plus amer selon cet ex responsable des travaux publics qui tient selon lui à dénoncer cette mascarade à chaque fois du fait que n’importe quel projet n’est pris au sérieux et que le suivi n’existe pas, les entreprises qui sont soumises au cahiers des charges et qui sont chargés de projets importants s’en lavent les mains du fait que dés la fin des travaux les réceptions sont faites sans qu’aucune réserve n’est prise ce qui est malheureux alors que des milliards sont jetés par les fenêtres.

Benyahia Aek
Lundi 9 Juillet 2012 - 22:05
Lu 844 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par le mostaguanemois le 09/07/2012 23:12
elles et ou la conscience professionnel de ses bricoleurs de la route,je me demande ou sont passes les responsables de ses bellakas qui cherchent a ce remplirent les poches et devenir riche du jour au lendemain. normalement un travail mal fait n'est pas payé . ses bricoleurs il faut jamais les payés comme les maçons qui font du travail tordu.

2.Posté par Noe Eddine le 10/07/2012 11:07
Rien d'étonnant à ce qui se passe à Mostaganem comme partout à travers le territoire national , étant donné que nos élus ne s'interressent qu'à se remplir les poches au détriment de leur concitoyens puisqu'il n'y a aucune structure juridique capable de les contrôler,soit lors de leur investiture ou après avoir terminé leur mandat d'élu .
Mais alhadoullilah dieu le tout puissant est là pour les châtier sur terre avant l'au delà inchaâllah... Amine

3.Posté par jamal le 10/07/2012 11:40
oui le travail est mal fait c'est tout à fait normal : les pseudo-entreprises (sans aucune compétence avérée et aucun techniciens compétents etc... ) ont donné le cachet à certains responsables qui leur ont donné les marchés ! donc l'entreprise fait ainsi sachant qu'elle sera couverte par celui qui a MANGE ! (apc, le chef de daira etc...) ! Ce n'est que le sommet de l'iceberg ! tout est ainsi !
Le batiment est celui qui m'inquiète le plus ! mal fait et aucune sécurité respectée, dosage truqué, etc... sans compter l'incompétence des entreprises ! ils font de la décoration à l'extérieur pour cacher la BOMBE qui est à l'intérieur ! Le JOUR où il y aura un tremblement de terre ! RABBI YASTOUR ! tout va tomber comme un chateau de carte et des milliers de morts seront là !
Il faut secouer le cocotier chers citoyens si vous voulez changer les choses ! si vous ne dites rien et bine ils conitnueront à s'enrichir sur votre dos ! et tce sera tant pis pour vous !

4.Posté par Kamel-Mosta le 11/07/2012 09:53
Merci de faire la différence entre "blanchiment" et "blanchissement" ( de l'argent sale).

5.Posté par 505 sr le 11/07/2012 19:50
il faut regarder la realité en face ,on est capable de rien en algerie,tout est fait de travers tout tout tout,si vous n etes pas daccords on fait quoi de bien quoi? on a voulu l indépendence est depuis les algeriens n on cesser de quitter le pays pour travailler a l etranger et cela continue aujourd hui.il faut etre realiste nous somme des incapables dans notre pays,oui l' amour propre en prend un coup d entendre cela ,mais c est la verité,moi je suis certain que si la france etait encore en algerie,les algeriens aurait evolué autrement et le pays serait dans en bon etat,aucun algerien ne chercherait a fuire son pays et mangerai a sa faim grace au gaz et petrole

6.Posté par Zola de Beymouth le 15/07/2012 00:21
Hé oui "505sr" vous avez raison.... mais votre constatation n'arrive t-elle pas trop tard??? Il y à 50 ans il y avait une "poignée" de colons profiteurs.... mais les autres, les fils d'italiens, de siciliens, de maltais, d'espagnols ou d'alsaciens... eux , ils travaillaient et faisaient travailler.Tout le monde avait un morceau du gâteau....c'est vrai plus ou moins grand mais ce n'était pas cette situation anarchique que subit le peuple algériens aujourd'hui....! Hélas pour eux !

7.Posté par jamal le 15/07/2012 08:39
505 sr, je ne suis pas d'accord avec vous pour dire que si la France était la les algériens mangeraient grace au pétrole ! je ne suis pas du tout d'accord : un colon est un colin il est la pour te piller ! Ne dis jamais ça !

Le problème de notre pays c'est le peuple qui est NUL ! il laisse les responsables le controler et le corrompre ! il y a des responsables (qui n'ont aucune compétences, aucun diplome et aucune expérience) gérer notre pays ! si le peuple VEUT tout va changer ! Ensemble on peut faire et changer les choses ! j'en suis sur !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+