REFLEXION

Les dangereuses dérives de ‘’Charlie Hebdo’’ ou quand la liberté d’expression devient du délire verbal!



Les attentats perpétrés à Paris les 7 et 8 Janvier 2015 ont provoqué des manifestations de solidarité et de soutien au journal satirique ‘’Charlie Hebdo’’ et à la liberté d’expression au nom de laquelle tout semble permis. Il s’avère que cet hebdomadaire qui succède à HaraKiri et qui se définit comme irrévérencieux – n’a cessé de s’en prendre grossièrement au Prophète Mohamed (Q.S.S.S.L.) et de publier des caricatures outrageantes,insultantes et haineuses. Ce journal continue de verser dans la provocation, sans retenue aucune, et à mener une campagne hystérique contre l’Islam et ses valeurs civilisationnelles, celles d’un milliard quatre cents millions de croyants. Les caricatures de ‘’Charlie Hebdo’’ et ses sentences diffamatoires ordurières, d’une part, les propos haineux d’Eric Zemmour et la fiction littéraire de Houellebecq, d’autre part, ne constituent-ils pas une forme d’extrémisme, du radicalisme violent qu’ils prétendent dénoncer et combattre ? Ne se livrent-ils pas à des attaques ignobles qui alimentent l’islamophobie en particulier, la xénophobie et le racisme en général ? Il n’échappe à personne que tout extrémisme peut raviver un autre. La liberté d’expression qui ne respecte pas les valeurs civilisationnelles de tout un chacun, quelles que soient son origine, la couleur de sa peau, ses croyances, sa culture, n’est que ‘’diarrhée verbale’’, odieuse et nauséabonde puisqu’elle porte atteinte à la dignité humaine.  La liberté d’expression-comme toutes les libertés – ne s’arrête-t-elle pas là oừ commence celle des autres ? Ne devrait-elle pas favoriser le dialogue, l’écoute et la compréhension de l’autre, susciter une réflexion constructive ? Elle devrait aussi permettre aux exploités, aux exclus des sociétés, aux damnés de la terre … d’avoir voix au chapitre. La liberté d’expression ne doit pas attenter à « l’humble honneur des hommes. » (A. Malraux). En somme, elle ne peut être un dénigrement forcené et grossier ni un rejet de l’autre ni l’expression hystérique de ses propres impulsions et de ses préjugés. À ce titre, ‘’Charlie Hebdo’’ est loin  d’être une référence en matière de liberté d’expression. Il est bien entendu légitime de protester et de s’indigner contre toutes les formes d’injustices, d’oppression et de discrimination, de condamner avec force les génocides perpétrés et les massacres de civils innocents quels qu’ils soient. Par ailleurs, la liberté d’expression ne doit pas être le privilège d’une caste, d’une corporation ou d’une « élite » prétentieuse. Elle doit être une expression au service  de l’égalité et de la fraternité dont se prévalent hypocritement ceux qui se font passer pour les chantres de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme. (1). Les exemples éloquents ne manquent pas : déjà, en 2004, Brigitte Bardot s’est attaquée avec virulence à certaines pratiques islamiques sous le prétexte fallacieux de la protection des animaux, attisant ainsi les braises de l’islamophobie. Cette actrice ne fait-elle pas fi du droit français qui condamne explicitement l’incitation à la haine et à la discrimination ? Lorsque le tortionnaire J.M. le Pen, ex-chef du parti de l’extrême droite française [FN], a mis en doute l’utilisation des chambres à gaz par les nazis allemands, sa «liberté d’expression » a été vivement condamnée. Par contre, quiconque ose dénoncer les génocides, les crimes contre l’humanité commis par l’entité sioniste est traité d’antisémite. Et Israël dont l’arrogance n’a pas de limites jouit toujours d’une impunité totale (2). Dans cette optique, on est en droit de se demander pourquoi ‘’Charlie Hebdo’’ use et abuse de cette liberté d’expression et pas l’humoriste Dieudonné qui a été mis récemment en examen sur instruction de la Ministre de la Justice française. Cette dernière vient de donner des instructions fermes pour que des sanctions sévères soient prononcées à l’encontre de ceux qui profèrent des propos racistes ou qui font l’apologie du terrorisme. De telles directives ne risquent-elles pas d’engendrer de graves dérives, des injustices et de donner lieu à des interprétations tendancieuses ? Pourquoi, dans ce cas, les journaux Charlie Hebdo et Mariane, qui incitent ouvertement à la haine, qui aiguisent la discrimination sous toutes ses formes, échappent-ils à cette mesure ? Le premier Ministre français, E. Vals, exige que « la justice soit implacable à l’égard de ces individus qui proclament la haine » (dans son discours tenu  devant l’Assemblée Nationale le 13/01/2015). Chiche alors ! On aimerait bien le prendre au mot ! Il est à craindre malheureusement que ces mesures répressives soient sélectives et partiales, que les semeurs de haine (une forme de terrorisme) soient confortés dans leur stratégie funeste et qu’ils persistent et signent dans leurs provocations. Dans une démocratie authentique, on devrait respecter la diversité de pensées et d’opinions sans discrimination. Or les débats organisés par nombre de chaînes de télévision et de radio françaises (après les évènements tragiques à Paris) ont regroupé des « polémistes » islamophobes qui n’ont jamais caché leur haine viscérale pour le monde arabo- musulman. E. Zemmour, B.H. Lévy et leurs acolytes ont eu facilement accès à la plupart des médias alors que les véritables défenseurs des Droits de l’Homme, connus pour leur impartialité, ont été superbement marginalisés et ignorés. En l’absence de contradicteurs, ces « polémistes » s’en sont donnés à cœur joie pour déverser leur fiel et conditionner les esprits. Fort heureusement, des voix autorisées, connues pour leur humanisme, font part de leur inquiétude : D. Cohn Bendit (député européen) estime, à juste titre, que la propagation de l’islamophobie est une catastrophe et qu’il appartient à la France de combattre ce fléau et de protéger les mosquées (propos recueillis par El Khabar le 15/01/2015 p-17). Quoi de plus lâche, de plus haineux que de s’attaquer à des lieux de culte et de profaner des cimetières ? Il est à relever que 55 agressions ont été récemment commises contre des mosquées de France. L’Islamophobie, poussée à son paroxysme, doit être qualifiée de « misislamie », un néologisme qui traduit la haine maladive, déclarée et assumée, à l’encontre du monde arabo-musulman. Il est à redouter que des disciples de l’inquisiteur chrétien, fanatique et tortionnaire, Torquemada (1420-1498) qui a chassé musulmans et juifs lors de la Reconquista espagnole se livrent désormais à une campagne opportunément orchestrée contre les Arabes et les musulmans vivant en Europe. On enregistre, depuis plusieurs semaines déjà, que le mouvement anti-islam allemand (« des patriotes européens contre l’islamisation de l’occident ») organise chaque lundi à Dresde une manifestation contre la religion musulmane et les demandeurs d’asile. La chancelière allemande Angela Merkel reconnaît que ce groupe xénophobe et raciste regroupe des gens « au cœur rempli de préjugés et de haine » (dans son allocution de nouvel an). Pour sa part, dans son édition du 14/01/2015, le journal espagnol El País dénonce et condamne les propos injurieux et diffamatoires tenus par un ecclésiastique de Cordoue à l’endroit des musulmans. L’extrémisme qui se nourrit de toutes les inégalités, de la misère, de l’exclusion, de tous les conflits non réglés, ne représente aucunement l’écrasante majorité des musulmans dont la religion, l’Islam, prône le respect d’autrui, l’amour de son prochain, la tolérance, la coexistence pacifique et transcende les valeurs humaines et morales les plus nobles. Cependant, les racistes et les extrémistes de la droite européenne – dans un souci de récupération – tentent d’exploiter la situation en se lançant dans des diatribes incendiaires et venimeuses et en distillant une propagande aux relents fascistes. Saluons le sens du discernement, le courage et la probité de certains intellectuels français qui n’ont pas accepté « la loi du mensonge triomphant qui passe et qui n’ont pas fait écho de leur âme et de leur bouche aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ». (J. Jaurès). À titre d’exemple, l’humoriste Guy Bedos, le journaliste Olivier Quirane (qui a démissionné de ‘’Charlie Hebdo’’ en dénonçant, dans sa lettre du 05/12/2013, sa ligne éditoriale dictatoriale et nocive), la cinéaste Isabelle Matyk qui vient de se convertir à la religion islamique révélée par le Prophète Mohamed (« Inaka alak houloukine adim »).« Pas d’amalgame, pas de haine, s’il vous plaît ! » Ces propos de la fille du journaliste Wolinsky G, victime de l’attentat du 7/01/2015, sont assurément empreints de sagesse et de lucidité (Journal télévisé de F3 du 15/01/2015) et encouragent le vivre-ensemble. Faut-il rappeler que l’assassinat par le Mossad israélien du caricaturiste palestinien Nadji Al Ali à Londres en 1987 a été, quant à lui, suivi d’un silence total et de l’indifférence générale ? N’est-il pas vrai également que plus de deux cents journalistes ont été assassinés dans le monde en 2014 et que peu de voix s’en sont offusquées et ont clamé leur indignation ? Faut-il rappeler aussi aux racistes que les musulmans ont le plus souffert des affres du terrorisme ? Dans l’indifférence et le silence coupable voire complice de certains pays « frères » ou « amis », l’Algérie, meurtrie durant la décennie noire, a combattu ce fléau en comptant sur ses propres moyens. On feint d’oublier que le terrorisme a été entretenu, financé et entraîné par certaines puissances occidentales (des pompiers pyromanes) et certains régimes arabes à leur solde et qu’on assiste actuellement au retour de manivelle.(3) Certains excellent dans la manipulation, l’amalgame et la récupération politique. En osant, toute honte bue, participer à la marche de solidarité le 11 Janvier courant, à Paris, B. Netanyahu, le premier ministre israélien, qui est le responsable de crimes contre l’humanité commis en Cisjordanie occupée, à Ghaza en particulier, cherche à recouvrer une virginité politique en dénonçant … le terrorisme ! Un terroriste patenté qui s’insurge contre le terrorisme ! C’est le comble du ridicule et de l’ignominie ! Quand Israël continue d’imposer son diktat, de défier la communauté internationale, de violer les Droits de l’Homme, même les plus élémentaires, cet état voyou et terroriste s’attaque incontestablement à la conscience universelle et la liberté d’expression est étouffée un peu partout. La logorrhée et le cynisme hystériques, la haine morbide des islamophobes qui dévoilent leur vraie nature, leur ignominie, ne sont-elles pas une forme de terrorisme ? Pour leur part, les musulmans vouent le plus grand respect à tous les Prophètes de toutes les religions monothéistes. Ne sont- ils pas en droit d’attendre la réciprocité ?  P.S : Se référer, à ce sujet, à mes articles :
- 1 Les droits de l’homme, à géométrie variable – Réflexion du 09/12/2013  - 2 Lettre ouverte à Banki Moon – réflexion du 06/08/2014 -3 Les pétromonarchies arabes face à l’effet boomerang – Réflexion du 29/10/2014.

 

DAHOU Mokhtar
Lundi 26 Janvier 2015 - 16:53
Lu 6805 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+