REFLEXION

Les crimes de la France

La victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, a marqué la fin de la seconde guerre mondiale en Europe et le début des massacres en Algérie, perpétrés sous le commandement du général Duval.



Les crimes de la France
Le chef du gouvernement français provisoire, le général de Gaulle, ordonne l’intervention de l’armée sous le commandement du général Duval dans une répression violente contre la population indigène. La marine y participe grâce à son artillerie, ainsi que l’aviation. Le général Duval rassemblait toutes les troupes disponibles, composées de deux milles hommes environ, qui allaient commettre le pire des massacres à Sétif, Guelma et Kharrata. Ces troupes venaient de la légion étrangère, des tabors marocains qui se trouvaient à Oran, d’une compagnie de réserve de tirailleurs sénégalais et des Spahis de Tunis. Plus de 45000 algériens ont été lâchement assassinés. La répression, menée par l’armée était d’une incroyable violence : des exécutions sommaires, massacres de civils, bombardements de mechtas. Deux croiseurs, le Triomphant et le Dufuay-Trouin, ont tiré plus de 800 coups de canon depuis la rade de Bougie sur la région de Sétif. L’aviation a bombardé et a rasé plus ou moins complètement plusieurs agglomérations kabyles. Les automitrailleuses ont fait leur apparition dans les villages en tirant à distance sur les populations. Les blindés ont été relayés par les militaires arrivés en convois sur les lieux. A l’image de la milice composée de 200 hommes qui a été formée sous l’impulsion du Sous-préfet André Achiary, lequel avait mis à la disposition de ces hommes toutes les armes disponibles pour livrer une véritable chasse aux manifestants pacifistes. Pendant plus de deux mois, la région a connu un déchainement de folie meurtrière. De nombreux corps ont été jetés dans les puits, dans les gorges de Kherrata. Des miliciens ont utilisé des fours à chaux pour faire disparaitre des cadavres, ces fours dégageaient des odeurs insupportables de chair brûlée et l’incessant va-et-vient des camions venant décharger les cadavres, qui brûlaient ensuite, dégageant une fumée bleuâtre. Les méthodes nazies ont été utilisées par les français sans aucun état d’âme. Les militaires français et leurs axillaires ont commis le pire des crimes contre l’humanité. Il s’agit tout simplement d’un génocide, dont la France d’aujourd’hui est tenue d’assumer. L’historien Benjamin Stora, auteur de « La gangrène et l’oubli » déclarait dans un entretien à l’AFP : « La France est tenue de faire face à son passé colonial, et le refus d’assumer, est très mal vécu par une part importante de la société française aujourd’hui ». Mettant ainsi la France officielle devant ses responsabilités historiques. Nicolas Sarkozy, n’en faisait pas partie certes, comme il n’était pas responsable de l’holocauste aussi, mais n’empêche que pour les juifs, il a tout fait pour que cela soit reconnu comme crime de guerre, alors pourquoi pas les massacres de l’Est Algérien. Peut-être que Sorkozy a du sang juif dans les veines.

Amara Mohamed
Dimanche 9 Mai 2010 - 10:17
Lu 487 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+