REFLEXION

Les courses de motos font des émules à Es-Senia

Les courses de motos font de plus en plus d'émules parmi les jeunes à Oran qui s'en servent pour offrir du spectacle mais aussi pour se lancer des défis et faire toutes sortes de pari. Il s’agit là d’un "hobby" plutôt insolite dans la vie de quartiers de certains oranais en quête de loisirs, de divertissement ou encore d'évasion.



Les courses de motos font des émules à Es-Senia
Il y a l'amusement mais également de la compétition, une sorte de volonté farouche pour gagner le parcours, à la manière du film américain "Fast and furious à moto".   Un parcours qui commence au quatrième boulevard périphérique à hauteur du "Rocher" dans la localité d'Aïn El Beïda, une agglomération relevant de la daïra d'Es-Sénia qui se transforme chaque vendredi en pôle d'attraction pour des dizaines, voire des centaines de jeunes mordus de la moto.  Kader, 23 ans, manœuvre de son état, habitant à la cité 200 logements à Es-Sénia, a "intégré", il y a quelques années, ce sport par le fait d'une amitié qui l'a lié à un jeune d'Annaba, venu passer des vacances à Oran. "Du coup, c'est l'appât. Qui peut mieux remporter la course, le bonus. Celui qui gagne la course gagne la moto", a-t-il confié, en avouant n'avoir jamais imaginé contracter le "virus" de la moto et que ce jeu allait prendre une telle proportion.  Aujourd'hui, ils sont des centaines d'adeptes de cette pratique sportive, âgés entre 18 et 35 ans à adhérer à ce jeu coquin, organisé sous forme de tournois.  Une course qui prend d'autres dimensions où s'introduisent des parieurs, une sorte de modus vivendi des participants pour gagner la "cagnotte, le vainqueur dans ce jeu s'approprie la moto de son rival", a-t-il encore indiqué. Gagner la moto, comme règle dans ce jeu de course. Dans ce jeu de course de motos où le courage, le mental et l'art de piloter sont recommandés, les compétiteurs ont imposé une autre règle, celle du "business", comme l'explique un chômeur de "douar Maroc" (Aïn Beïda), une agglomération secondaire relevant de la commune d'Es-Sénia.  Le deal est simple: le premier arrivé prend la moto du second, a-t-on confié. Le pari faisant partie de cette compétition se joue discrètement parfois à quarante, cinquante voire cent coureurs, ce qui explique quelque peu l'attrait de ce jeu où les motocyclistes viennent périodiquement de wilayas et daïras voisines (Mostaganem, Sidi Bel-Abbes, Mascara, Oran), soit pour gagner une moto soit de l'argent, ou tout simplement prendre du plaisir, a affirmé un autre jeune. Il a rappelé que la course du vendredi dernier a été remportée par un coureur de Sig qui a remporté deux belles motos et plus en réussissant un aller-retour triomphal entre le "Rocher" et le pont d'Es-Sénia". Il s'agit d'une attraction peu commune, pratiquée souvent à des fins mercantiles par des "rodéos de la moto", reprend à son compte Mohamed, un jeune motard d’Oued Tlélat. Mieux encore, il y a aussi des exhibitions qui suscitent l'admiration du public et autres supporters qui font le déplacement de contrées lointaines, a assuré un coureur qui a remporté la compétition du mercredi à Oued Tlélat et qui a fini par rendre la moto à son jeune concurrent. Une manière comme une autre pour lui signifier que ce n'est qu'une partie de plaisir. Un geste qui n'en est pas un car les jeunes compétiteurs ont toujours plus d'un tour dans leur sac pour gagner la partie, à l'exemple de ce jeune d'Es-Sénia qui confie avoir roulé avec du kérosène combiné à de l'huile, pour gagner "10.000 dinars" par partie.  L'attraction continue de faire des émules parmi les nantis disposant, en plus de la vitalité, de grosses cylindrées qui font de l'exhibition à la manière des grands ducs, donnant plus d'animation à cette compétition. Une sorte de joie bruyante des adolescents, a-t-on constaté.  En attendant la création d'une vie associative pour canaliser ces jeunes amoureux de la moto, c'est tout une pratique sportive de type collective qui nécessite une prise en charge afin d'éviter tout dérapage, a souligné un élu local.

Medjadji H
Samedi 4 Février 2012 - 14:10
Lu 754 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+