REFLEXION

Les constructions illicites menacent le domaine forestier à Oran

PRES DE 600 DELITS RECENSES CETTE ANNEE



Les constructions illicites menacent le domaine forestier à Oran
La commune d'Oran elle seule enregistre plus  de 580 affaires de détournement du domaine forestier ont été recensées ces derniers mois par les services concernés. Il s’agit le plus souvent de réalisation de constructions illicites sur des assiettes relevant de la forêt. Les dossiers des mis en cause ont été transférés à la justice après l’épuisement de toutes les tentatives pour le règlement à l’amiable. Les indus occupants ont été destinataires de mises en demeure pour restituer les biens forestiers, mais en vain… Le phénomène du détournement des terrains forestiers s’est accentué ces dernières années avec l’apparition des spéculateurs. Les terrains forestiers sont au centre d’un commerce juteux. Le prix moyen d’une parcelle est évalué entre 10 et 20 millions de centimes. Sur une superficie de quelque 53.300 hectares, plus de 5% du massif forestier de la wilaya d’Oran ont été détournés par des indus occupants. Outre les constructions illicites, les rejets de détritus et de déblais sont une autre menace pour le domaine forestier à Oran. La conservation des forêts de la wilaya d’Oran avait mené fin 2010 une opération de nettoiement de plus de 300 hectares ce qui avait permis l’enlèvement de 14.000 tonnes de détritus, rappelle-t-on. Un arsenal répressif est mis en place par cette conservation pour dissuader les pollueurs. Les véhicules pris en flagrant délit de rejet de déblais en forêt sont automatiquement mis en fourrière pour une durée de six mois et leurs propriétaires condamnés à verser une amende de 30.000 DA. Deux brigades ont été installées au début de l’année pour lutter contre ce fléau qui  vient de prendre de l'ampleur au niveau des grandes communes à l 'image de la forêt du cap carbon  à Arzew qui est squatté par des indus occupants qui ont érigés des constructions en dur au su et au vu de tous le monde et les collectivités ferment l'œil de peur des troubles de violence mais aussi pour mener à  bien leur prochaine compagne électorale des prochaines élections locale.            

Medjadji H
Lundi 12 Décembre 2011 - 10:42
Lu 384 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+