REFLEXION

Les conséquences négatives d’une privatisation



Une usine de production de matériaux de construction, près d’Oran, qui a fait l’objet d’une privatisation à 50 / 50 avec le secteur étatique, et une promesse de le brader à 100 % dans les prochains jours malgré l’opposition de la Présidence et ses orientations de garder un pourcentage entre les mains de l’Etat. Le producteur étranger utilise actuellement des tonnes de sucres pour la fabrication d’un matériau. Cette usine, dont la majeure partie de ses travailleurs avait été poussée à remettre sa démission et une autre partie mise à la retraite anticipé et proportionnelle, par un petit groupe de hauts cadres dont le DG, et cela pour le plaisir de l’étranger, qui aujourd’hui utilise le sucre que tous les Algériens le trouve très chère, pour fabriquer un matériau avec une main-d’oeuvre bon marché, moins payée qui fera sûrement gagner que l’étranger. Par la même occasion le DG avait même fait perdre à son secteur étatique une somme de plus de 124 000 euros, pour l’acquisition d’un équipement qui après sa réception a été mis à la ferraille. Bien sur, ne pas dénoncer de tels actes, c’est devenir complice a de gens malhonnêtes.

. .
Samedi 19 Juin 2010 - 10:41
Lu 453 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+