REFLEXION

Les citoyens du bas Mazagran montent au créneau

Hier matin, des citoyens résidents du Bas Mazagran ont observé un Sit-in, devant le siège de l’APC de Mazagran, pour revendiquer de meilleures conditions de vie, pour ce qui est de leur situation qui selon eux est des plus déplorables.



Les citoyens du bas Mazagran montent au créneau
Notre équipe de Réflexion s’est déplacée sur  les lieux, pour enquêter et s’informer sur les motivations qui ont amené ces citoyens qui s’étaient réunis devant le siège de l’APC, pour manifester et protester contre les mauvaises conditions de vie, interpellant le maire  afin qu’ils soient entendus. Selon M. Bouguelmouna Mohamed président de l’association El Azhar : « Nous sommes venus, pour formuler nos doléances, du fait que malgré les nombreux appels lancés aux autorités locales, il se trouve que ces derniers n’ont à ce jour rien fait pour ce qui est de notre situation qui ne cesse de se détériorer de jour en jour. Et d’ajouter que beaucoup  de promesses nous ont été faites, mais qui sont restées vaines ». Selon ces citoyens, dont la colère était visible, la situation dégradante  de leur cité est devenue intolérable, et se plaignent du manque de prise en charge pour ce qui est  du raccordement au gaz, du transport scolaire, du réaménagement des routes qui tardent à se réaliser ainsi que du problème récurrent de l’électricité. Ils se disent marginalisés, et ce, depuis plus de 12 années. Selon eux le Bas mazagran n’a connu aucun programme d’aménagement et les 100 familles qui y résident sont confrontées à tous les aléas surtout concernant les enfants de 6 ans scolarisés, qui doivent affronter les intempéries pour rejoindre les classes. S’ajoute à tous les problèmes rencontrés, les risques d’accidents du fait que l’autoroute se trouve, à proximité et qui selon eux a fait plus de 15 morts déjà et demandent que l’on mette en place une passerelle pour la sécurité de leurs enfants. Ces résidents se plaignent du manque d’éclairage public qui selon eux est défaillant et ce, depuis 1978. Ils ont aussi demandé, à ce qu’on mette à leur disposition des poubelles, car selon eux elles sont pratiquement inexistantes. Ils ont exposé parallèlement à cela, le problème d’assainissement qui ne s’est fait que partiellement d’où l’interruption des travaux et s’interrogent sur cette situation. Reçus par le président d’APC, ils n’ont pas manqué de lui exposer leur situation. Par ailleurs, ils ont soulevé  le problème rencontré par les jeunes de cette cité, qui selon  eux se trouvent confrontés au chômage, qui se pose avec acuité. Selon  ces derniers, l’APC  qui est censée recruter les jeunes de la cité, tout d’abord  pour absorber le taux élevé de chômage qui sévit dans la cité du Bas Mazagan,   opte selon eux pour le favoritisme et recrute  des jeunes hors commune. A cet effet,  les habitants de la cité interpellent  les autorités locales pour se  pencher sérieusement sur cette cité qui manque de centre de soins, d’ambulance, de transport du fait que même les taxis hésitent à se rendre dans cette zone et ne veulent pas s’y risquer, car les routes sont défoncées et impraticables. Pour ce qui est de la route, le maire de Mazagran, nous a fait savoir, que celle-ci est programmée, pour être réaménagée provisionnement, car compte tenu des travaux et des terres privées avoisinantes du site, nous avons des difficultés, mais je peux vous assurer que toute cette zone fera l’objet de travaux incessamment, du fait qu’un plan d’aménagement est en cours. « Nous sommes conscients du problème et nous allons voir avec la DMI, pour que les travaux soient repris dans les plus brefs délais et nous allons saisir M. le wali et lui expliquer la situation, nous dira-t-il, aussi ce n’est qu’une affaire de temps. ». « il ne faut pas oublier, poursuit-il que nous sommes astreints à une étude, cependant nous allons commencer par les priorités, à savoir : que nous allons mettre à la disposition des enfants un bus scolaire dès ce mercredi, pour ce qui est des poubelles  nous  essayerons de les satisfaire en nombre. Pour plus d’information, ce dernier nous a fait savoir, qu’une enveloppe de 13 milliards a été dégagée pour  le plan de réaménagement  de cette zone et qui a déjà été approuvé. « IL est vrai poursuivra-t-il, que les travaux ont été interrompus, à cause du problème concernant les terres appartenant aux privés qui entravent les opérations. Le problème subsiste, mais il est en voie de règlement du fait qu’il y a eu une expertise du foncier, dans le cadre de l’indemnisation et tout rentrera dans l’ordre ». Pour conclure nous expliquera-t-il, « il ne faut pas oublier que le bas Mazagran, n’était constitué que de constructions illicites et que nous avons régularisé tous les résidents et ce dans le cadre de la loi d’août 1985.  Quant à l’assainissement je peux vous assurer que les travaux de réalisation sont à 70% et l’AOP à 30%. Il est vrai que les opérations ont pris du retard, mais cela n’est pas de notre faute et comme je l’ai signalé tout le retard, est  du à des impératifs qui nous entravent dans notre action. Il faut que les citoyens sachent, que nous faisons de notre mieux, pour les satisfaire.

Benyahia Aek
Mardi 7 Février 2012 - 11:07
Lu 550 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+