REFLEXION

Les cimetières dans un état lamentable à Oran

QUICONQUE NE LOUE PAS LES MORTS NE LOUE PAS DIEU

Aucun respect pour les morts, alors que dire envers les vivants. Le tableau est le même et se dresse sinistrement pour ce qui est de l’état lamentable de nos cimetières. Après tant d’encre déversé par le journal « Réfléxion » sur les cimetières à Mostaganem et Relizane, en voici celui d’Oran qui subi le même sort et laisse croire que les pouvoirs publics ont d’autres chats à fouetter pour vouloir y remédier.



Les cimetières dans un état lamentable à Oran
Les cimetières de la ville d’Oran censés être des lieux de recueillement et de sérénité des endroits éternels où jadis ils étaient ornés de fleurs, plantes et autres arbustes sont devenus aujourd’hui dans un état lamentable servant même de refuge pour les toxicomanes et des bandes de voyous. C’est notamment le cas du cimetière centrale de Ain Al Beida étendu sur une superficie de 500 Hectares, où les bouteilles de vin vides, les canettes de bières et les sacs en plastiques  qui cohabitent avec les tombes. La partie ouest du cimetière où a été érigé une mosquée dotée de toutes les commodités nécessaires et squattée par des bandes de voyous et des délinquants qui l’ont transformé en lieu de débauche. Un choque pour les familles de ceux qui reposent en ces cimetières. Le choc à l’égard de ceux qui par actes immoraux s’acharnent sur ces endroits censés être la dernière demeure. L’absence de civisme de certains citoyens se conjugue à l’inexistence d’entretien. En ce vendredi dernier jour de recueillement et de visite aux morts, les familles de ceux qui reposent en ce cimetière manifestent  leur rage «  c’est incroyable ce que nous voyons ces dernières années  de jour comme de nuit de véritables atteintes à la mémoire de  nos morts, des carrés non entretenus, des gravats de bouteilles en plastiques trainent  dans les allées », clame ce citoyen révolté  d’avoir trouvé l’épitaphe  salie et pleine de mégots de cigarettes. Avec des gestes délicats, cette femme qui essaie un tant soit peu de nettoyer et d’arracher les mauvaises herbes qui ont envahi la tombe de sa mère  « je suis jalouse de voir les cimetières sous d’autres cieux embellis et ornés par de splendides  bouquets  de fleurs, les allées bien taillées et les tombes tellement  luisantes de propreté, ici ce sont des herbes sauvages et les déchets domestiques qui envahissent  les lieux » dit-elle avec regret.  « Nous avons même organisé plusieurs volontariats pour nettoyer ces cimetières, quand on a constaté que l’APC  censée faire le travail était totalement absente » affirme un autre citoyen venu se recueillir sur la tombe de l’un de ces proches. Pourtant les autorités locales  ont créé une entreprise de gestion des cimetières dont la mission est l’entretien, l’aménagement et la réhabilitation de ces endroits, un ambitieux programme a même été élaboré à l’époque englobant tous les cimetières des villes d’Oran. Où est cet établissement ? Qu’est  devenu ce plan d’entretien et de réservation ? Pourquoi laisse-t-on ces endroits en totale dégradation ? Nos morts ne méritent pas de reposer dans un lieu  impropre et mal accueillant, nos cimetières continuent d’être fréquentés  par les délinquants de tout bord. En attendant des réponses à ces questions la situation à pris une vitesse de croisière.

N.Bentifour
Lundi 21 Novembre 2011 - 22:59
Lu 460 fois
Oran
               Partager Partager


1.Posté par bakhti khadra le 07/07/2012 18:51
bonjour , bien a vous a toute personne qui va lire mon commentaires j'aimerai bien savoir si vraiment a maakbaraate ain el bayda on commence a enterrer des gents sur les anciennes tombes celles des enfants a l'entree de la cimitiere des tombes qui dates des anneés 50 . ma mére qui va tout le temp pour pleurer mon pere elle va de temp en temp^un tour vers mes deux freres decéder entre 1956 et 1958 elle etait bouleverser en voyant plusieurs nouvelles tombes entre les restes des ces anciennnes petites tombes si c'est vraiment le cas j'aimerai bien que les responsables intervients merci de m'avoir lu faites passer la message

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+