REFLEXION

Les casinos de fortune ne manquent pas à Oran

MULTIPLICATION DES LIEUX DE JEUX DE HASARD

Le phénomène des jeux de hasard, en ce mois de Ramadhan, prend dangereusement de l’ampleur au niveau de l’ensemble des bars restaurant de la ville d’Oran notamment au niveau du boulevard Loubet au centre ville ainsi qu’au boulevard Charlemagne très répandus pour cette activité et même les cafés des communes de Ain El Turck, Bethioua et d’Arzew où pas moins d’une dizaine de locaux sinon plus sont ouverts «sans autorisation» dans cette région pour l’exercice de cette activité illégale, au vu et au su de tout le monde.



Les casinos de fortune ne manquent pas à Oran
C’est le chef-lieu de wilaya d’Oran, qui est devenu l’endroit idéal pour l’implantation de ces «casinos» de fortune mais qui ne manquent pas d’attirer un nombre impressionnant de joueurs occasionnels qui s’attablent jusqu’à l’aube, pour jouer, témoigne un citoyen. L’argent coule à flot et l’on parle même de sommes astronomiques, estimées en millions de dinars, qui sont misées par des aventuriers et d’insoucieux joueurs, dont la plupart viennent des communes limitrophes, notamment d’Arzew, Sig,  EsSenia , Bethioua et Arzew. A voir le nombre de voitures stationnées le long de l’axe principal de cette localité, même après minuit, renseigne sur le grand nombre de ceux qui s’adonnent à ces jeux de hasard, des étrangers à la commune pour la plupart d’entre eux. Ce qui se passe dans la localité fait peur aux habitants dont les voix commencent à se délier et à s’élever contre ce fléau «qui ne fera que ternir l’image de notre commune et mettre en péril notre sécurité et celle de nos enfants», dira un membre d’une association locale. En fait, trois associations, activant au niveau de ce chef-lieu communal transformé en vaste champ de jeux de Poker ou de loto, sont montées au créneau et ont interpellé les autorités communales pour mettre fin à ce phénomène, puisqu’on  demande à ce corps de sécurité une intervention rapide pour mettre fin à ces pratiques illicites qui  à ce jour, aucune intervention de l’Etat n’est venue rassurer les riverains, alors que les propriétaires de ces locaux, à portes entrouvertes, continuent à exercer leurs activités sans qu’ils  soient inquiétés. Les habitants de ce  village, le cœur dans la main, craignent que le pire n’arrive, comme d’éventuelles agressions et bagarres, très fréquentes dans ce milieu à haut risque, surtout qu’il n’y a point de corps de sécurité sur tout le territoire de la daïra    de Bethioua et d’Arzew notamment au village Hassi Mefsoukh et El  Mohgoun. La peur au ventre, l’on se demande pourquoi les services de sécurité, avisés de cette affaire, tardent à intervenir, ne serait-ce que pour interpeller les propriétaires de ces locaux. Cela ne fera qu’encourager les tenants de cette activité illégale, et la prolifération d’autres fléaux sociaux. Il y a risque, aussi, que les habitants ne décident de se prendre en  charge et ne procèdent par eux même à des opérations de «nettoyage», ce qui engendrerait une grande confusion et de l’anarchie.

Medjadji H
Samedi 11 Août 2012 - 23:43
Lu 718 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par chark le 12/08/2012 10:24
C'est triste pour ce pays qui se dit arabo-musulman d'en arrivé là ! il faut que les autorités religieuses et publiques interdisent purement et simplement ces etablissement de débauches et de mauvaises moeurs qui entraine indirectement la criminalité en tout genre à savoir braquages , vols , et agressions , et parfoit drogue et meutres ! à mes yeux oran et d'autres wilaya sont devenu des villes de non-droits ou les bailleurs de fond ( mafieux ) déjoue et corrompent toutes les institutions de l'état à coup de valises ,cela biensûr en toute impunité , ce qui sera j'en suis sûr trés prejudiciable à la cohésion sociale , et la paix sociale du pays !

2.Posté par Atmane le 12/08/2012 15:03
Mais que fait la police ! C'est étrange , comment est-ce possible , ces gens doivent bénéficier de soutiens ( ce n'est pas normal autrement )

3.Posté par hammadi le 13/08/2012 11:58
Il faut trouver les autorités religieuses........Ont-ils un mot à dire ????? Ahhhhh Mostaganem el bahia ville de mes ancêtres , ville du respect et de la dignité pourquoi es-tu devenue ainsi ???? Qu'est ce que je regrette jadis où chacun avait sa place...Je préfère me rappeler de Mosta d'avant !!!!!!

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+