REFLEXION

Les candidatures se bousculent en prison



Les candidatures se bousculent en prison
Selon certains observateurs, les choses ont tendance à changer et d’une manière radicale, notamment en matière de lutte contre la délinquance. En effet, le nombre de jeunes oisifs et autres délinquants est en nette régression et les prisons commencent à connaitre de nouveaux locataires, d’un autre genre. Des locataires au col blanc, du jamais vu ou presque dans les années passées. Selon un ancien prisonnier, “généralement le chef de salle était celui qui avait les bras forts, au corps athlétique, qui devait imposer sa loi et en même temps une certaine discipline à l’intérieur des salles”. Mais aujourd’hui, ce « poste » est devenu plus convoité du fait de la diversité des candidatures, d’un autre genre également, c’est le niveau d’instruction, l’intelligence, et le dernier poste occupé à l’extérieur. Ainsi un commis de l’Etat qui exerçaient à titre d’exemple les fonctions de chef de daïra peut postuler au poste de « chef de salle », car il remplit toutes les conditions requises, sauf bien sûr si cette candidature n’était pas bousculée par celle d’un autre qui occuperait une fonction plus importante. Et les candidats se bousculent.

Hocine
Jeudi 6 Mai 2010 - 00:01
Lu 466 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+