REFLEXION

Les adeptes de l’intrique et de la zizanie



L’hygiène publique, la maintenance des voiries et de l’éclairage public, la réfection des réseaux d’assainissement, le fonctionnement du service de l’état civil, la réhabilitation du vieux bâti, l’éradication des bidonvilles, l’amélioration des prestations des structures de santé publique, le rattrapage des retards constatés dans la livraison des projets et la redynamisation des opérations en cours liées au développement local sont inscrits dans un ambitieux programme d’urgence mis en œuvre par le nouveau wali. Un programme qui fixe les priorités et rappelle à chacun les missions et les obligations à respecter pour atteindre, les objectifs pour la mise à niveau. Le wali d’Oran avait regretté que la question de salubrité concernant la gestion des déchets soit inscrite à l’ordre du jour de la prochaine session de l’APW. «parler ici du ramassage des ordures prouve bien que la dégradation de la situation en matière d’hygiène a atteint des records inégalés » et cela, a semble-t-il suffi, à certains analystes présumés pour glorifier le triomphe avant l’heure d’une nouvelle démarche annoncée. Tous les nouveaux walis affétés au chevet de la capitale de l’Ouest ont tenté aussitôt installés de marquer leur efficacité par différentes actions entamées à travers les communes et les quartiers. Avec plus au moins de succès. Ils avaient pour la plupart inscrit dans leur démarche une certaine obligation de résultat devant impliquer les acteurs concernés. Mais souvent c’était sans compter les inepties et les carences d’un système de gestion plombé par les astuces et les truquages » de certains experts en laxisme et médiocrité. Nul ne peut nier ou contester l’engagement et la volonté engagés et affichés par le nouveau wali pour mettre un terme au chaos urbain et combler les déficits. Mais la rigueur demandée et l’intransigeance annoncée semblent déjà soulever certains réflexes de préservation » bien connu chez les adeptes du camouflage par l’intrigue et la zizanie. Un peu dans la Fable du lion devenu vieux beau coup pointe un doigt accusateur sur l’ancien responsable déclaré déchu. Certains s’arrogent même le droit de dénoncer dans les coulisses des incompétences et des dérives présumées » commises par d’autres responsables qui ne sont plus à leurs postes. On se souvient hélas, que les absents ont toujours tort, cultivant un nouveau militantisme » autour du soutien au programme du nouveau wali aux commandes. Ils laissent encore une fois entendre que rien de positif ne pourrait être concrétisé sur le terrain sans l’adhésion de leur clan et l’engagement de leurs troupes. Parfois tapis dans l’ombre de quelques organisations partisanes, para politiques ou syndicales, ils préparent la scène locale à des ambiances de conflit et de « chasse aux sorcières » propice à la nage en eaux troubles.

N.Bentifour
Mardi 9 Novembre 2010 - 00:01
Lu 293 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+