REFLEXION

Les USA financent des médias étrangers dits "indépendants"

Le magazine étasunien Foreign Policy a publié récemment un texte intitulé Les hurluberlus, les trolls et les idiots utiles (Cranks Trolls and Useful Idiots), dans lequel l’auteur, Dalibor Rohac, traque « les guerriers de l’information de la Russie », lesquels ont selon lui infesté le web de mensonges et de propagande sur des sites web potentiellement payés par le gouvernement russe.



L’auteur accuse des médias de faire exactement ce que lui-même et les médias traditionnels étasuniens font généralement lorsqu’ils traitent de questions touchant à la politique étrangère, comme la question ukrainienne : ils «[régurgitent systématiquement la propagande étasunienne, répandent] des mensonges, des demi-vérités, et des théories du complot ». Ils ont toutefois l’avantage de ne pas avoir besoin de traduire quoi que ce soit. Apparemment pour Rohac, un article écrit en russe est nécessairement de la propagande russe. De nombreux médias indépendants ont publié de nombreux articles à cet effet, démontrant que plusieurs figures clés au sein du gouvernement non élu sont des néonazis et que le Bataillon d’Azov est rempli de membres liés à des groupes néonazis.
En ce qui concerne le deuxième argument de Rohac relativement aux mercenaires occidentaux qui se battent en Ukraine, en mai dernier plusieurs médias ont rapporté que les mercenaires de la société militaire privée Blackwater, désormais appelée Academi, opéraient en Ukraine. L’information n’est pas venue du Kremlin, mais plutôt d’une source médiatique allemande et a été publiée par le média de masse allemand Bild am Sonntag .  Les médias occidentaux se livrent à la propagande de guerre pour Washington depuis très longtemps et ont propagé de nombreuses théories du complot (entre bien d’autres, les armes de destruction massive de l’Irak, l’utilisation par le gouvernement syrien d’armes chimiques contre des civils, les forces de Kadhafi sur le Viagra violant des femmes libyennes).

LE FINANCEMENT ETASUNIEN DE MEDIAS  « INDEPENDANTS» A L’ETRANGER
Alors que les grands médias occidentaux accusent souvent la Russie de financer secrètement des organes de presse contrôlés par l’Etat, le gouvernement des États-Unis finance des médias à l’étranger et la plupart du temps brouille ses pistes en finançant de soi-disant organisations non-gouvernementales (ONG), qui à leur tour donnent des subventions à des médias étrangers alignés sur le discours dominant des médias occidentaux.   Depuis 2007, le gouvernement étasunien a directement donné au moins 25,5 millions de dollars en subventions à diverses organisations étasuniennes à but non lucratif pour des projets médiatiques en Ukraine seulement. Sur 18 subventions, 14 sont allées à Internews Network. Un rapide coup d’œil sur son site Internet montre que cette ONG est alignée au discours des médias traditionnels occidentaux, donc avec la politique étrangère de la Maison-Blanche. Parmi les bailleurs de fonds du réseau Internews se trouvent de nombreuses agences gouvernementales ainsi que des « fabricants de démocratie » occidentaux bien connus, à savoir des organisations engagées dans la promotion des intérêts des États-Unis à l’étranger en prétextant défendre la démocratie et les droits humains. En voici quelques-uns :
Freedom House et le National Endowment for Democracy (NED) se sont avérés être des partenaires de la CIA par le passé. Comme l’explique Robert Parry, « Freedom House et le National Endowment for Democracy soulignent leur attachement à la liberté de pensée et à la démocratie, mais les deux ont coopéré avec une opération de propagande organisée par la CIA dans les années 1980, selon des documents publiés par la bibliothèque présidentielle de Ronald Reagan ».  Le NED a mainte fois été lié à des « activistes » dans les pays étrangers où les gouvernements ne sont pas soumis à Washington et s’y opposent. D’une certaine manière, le NED a remplacé la CIA. Sur sa page web, le NED affirme qu’après la Seconde Guerre mondiale, « les responsables politiques américains ont recouru à des moyens clandestins en envoyant des conseillers, du matériel et des fonds pour soutenir les journaux et partis en état de siège en Europe. Lorsque l’on a révélé vers la fin des années 1960 que certaines ONG étasuniennes recevaient du financement clandestin de la CIA pour mener une guerre d’idées dans des forums internationaux, l’administration Johnson a conclu que ce financement devait cesser, recommandant l’établissement d’un “mécanisme public-privé” pour financer ouvertement des activités à l’étranger ».
 Ainsi naquit le NED. La fondation se décrit comme étant non gouvernementale même si elle est « financée en grande partie par le Congrès étasunien [...] et distribue des fonds à des organisations privées dans le but de promouvoir la démocratie à l’étranger ».  Comme nous pouvons le voir dans ces articles des années 1970 et 1980, l’instauration par le président Johnson d’« un mécanisme public-privé » pour financer ouvertement des activités à l’étranger » n’a pas mis un frein à la propagande médiatique de la CIA.  Le Centre d’aide aux médias internationaux (Center for International Media Assistance CIMA), un projet du National Endowment for Democracy, a publié plusieurs rapports annuels sur le développement des médias dans le monde entier. Le premier rapport s’appelait U.S. Public and Private Funding of Independent Media Development Abroad. (Financement étasunien public et privé voué au développement des médias indépendants à l’étranger). Le but affiché du rapport est « d’apprendre qui sont les principaux bailleurs de fonds, dans quelle partie du secteur ils se concentrent (aide directe aux médias, formation des journalistes, campagnes d’information du public, amélioration de l’environnement juridique des médias, et gestion des médias) et de connaître les opportunités d’éduquer des donateurs potentiels à propos de l’importance du développement des médias indépendants comme élément essentiel des sociétés démocratiques ». Certaines des principales conclusions du rapport de 2007 étaient les suivantes:
- En 2006, le financement étasunien public et privé pour le développement des médias internationaux dépassait 142 millions de dollars;
- Le financement du gouvernement étasunien s’élevait à près de 69 millions de dollars;
- Les subventions d’organisations à but non lucratif soutenues par le gouvernement – le National Endowment for Democracy et l’US Institute of Peace – totalisaient 13 millions de dollars. L’Agence étasunienne pour le développement international (USAID) et le Bureau de la démocratie, des droits de l’homme et du travail rattaché au Département d’État étaient les donateurs gouvernementaux les plus importants, avec des dons respectifs de 49 684 000 dollars et 11 800 000 dollars en 2006 seulement. Le plus important donateur privé cette année-là était l’Open Society Institute avec 40 millions de dollars, suivi par la Fondation John S. et James L. Knight, avec 7 millions de dollars. La stratégie du gouvernement pour la période 2007-2012 détaillée dans le rapport est particulièrement intéressante. Selon le Plan stratégique du département d’État et de l’USAID pour l’exercice fiscal 2007-2012, le gouvernement ferait « progresser la liberté de presse en aidant à créer et à développer des médias indépendants [...] »
L’USAID joue un rôle clé dans le financement des médias « indépendants » à l’étranger, en particulier dans l’ancienne Union soviétique: La rhétorique employée dans ce rapport constitue de la pure propagande et ne se donne même pas la peine d’être logique. Il dit clairement que l’État étasunien investit de l’argent et des ressources « visant à transformer les médias contrôlés par l’État en médias indépendants ». S’ils sont financés par l’État étasunien, comment peuvent-ils être qualifiés d’indépendants? Nous sommes portés à croire, que les médias financés par la Russie sont contrôlés par l’État alors que ceux financés par les États-Unis sont « indépendants ».

68,9 MILLIONS DE DOLLARS DEPENSES CINQ ANS
Pour une raison quelconque, peut-être la raison même, dans le rapport de 2010 intitulé Le financement du gouvernement étasunien pour le développement des médias, le terme « indépendant » a été supprimé. Ce rapport précise que le financement étasunien des médias étrangers a augmenté « de façon spectaculaire » entre 2005-2010 :
« Au cours des cinq dernières années, le Département d’État étasunien et l’USAID ont dépensé plus d’un demi-milliard de dollars afin de soutenir le développement des médias internationaux [...] Les budgets du Département d’État et de l’USAID pour l’exercice 2010 totalisaient plus de 47,9 milliards de dollars. Moins de 0,3 pour cent de cette somme, soit 140,7 millions de dollars, a été consacré au développement des médias. Cela représente tout de même une augmentation des dépenses de 36 pour cent, soit 37,3 millions de dollars de plus que l’exercice précédent pour le développement des médias et une hausse encore plus spectaculaire comparativement aux 68,9 millions dépensés cinq ans plus tôt ».
Le gouvernement étasunien finance même directement les médias russes. Par exemple, en 2011-2012 l’USAID  a donné 2 540 000 dollars en subventions pour un programme appelé « La presse écrite indépendante en Russie ». Les principaux bénéficiaires sont les organisations russes FNE et la Fondation Finformpolicy Dvl.
Cela semble très peu, mais, comme nous l’avons vu plus haut, la plupart des fonds de l’État pour « le développement des médias », autrement dit pour la propagande et la subversion politique, transite par des organisations « non gouvernementales » financées par le gouvernement, telles que le NED et Freedom House, obscurcissant ainsi les origines du financement. Ces organisations n’accorderont sûrement pas de subventions aux médias qui s’opposent au discours des grands médias occidentaux.
Par exemple, le rapport annuel de 2012 du NED, indique, uniquement pour la Russie, plus de 4,6 millions de dollars de financement pour divers programmes « d’accès à l’information », incluant entre autres : 74,730 dollars « Pour continuer à développer en Russie un réseau de journalisme d’investigation dans le domaine de l’environnement » et 80 000 dollars pour une organisation qui « surveillera le recours à la torture par des fonctionnaires chargés de l’application de la loi en s’appuyant sur des reportages dans la presse régionale et en offrant des consultations dans ses bureaux locaux. Si le montant dépensé par le gouvernement étasunien pour les médias « indépendants » a diminué au cours des dernières années, CIMA explique dans son rapport de 2013, Financement du gouvernement étasunien pour les médias : Tendances et stratégies, que cela est dû à « des compressions dans le financement du développement des médias associé au retrait des États-Unis en Irak et en Afghanistan en particulier, une baisse de 28 millions de 2010 à 2012 en Asie du Sud et en Asie centrale, et de 17,7 millions au Proche-Orient».
Depuis le début des rapports de CIMA, il y a eu deux hausses marquées du financement du gouvernement étasunien : « Les données indiquent une brusque hausse du financement en 2008 dans le cadre d’un investissement majeur dans la démocratie et la gouvernance en Irak – incluant les médias – et une autre en 2010 en raison d’un investissement similaire en Afghanistan. »
Ces données sont très révélatrices et discréditent complètement l’idée de « médias indépendants » promue par le gouvernement étasunien et le NED. Elles montrent clairement que dans la dernière décennie, le gouvernement des États-Unis a considérablement augmenté son financement des « médias indépendants » dans les pays qu’il a illégalement envahis et occupés militairement.

 

Ismain
Lundi 4 Mai 2015 - 19:34
Lu 346 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+