REFLEXION

Les Bleus virent au cramoisi



Domenech est-il un raciste au point de se faire éliminer au premier tour d’une coupe du monde, du jamais vu. Composition black-blanc, c’est tous ce qu’il a pu faire, éliminant de facto les meilleurs éléments tels que : Benzema du Réal Madrid, un attaquant des plus précieux et Naceri Arsenal, qui évolue en milieux de terrain tous deux d’origine Algérienne, Benarfa, Olympique de Marseille un autre attaquant d’origine Tunisienne, qui auraient pu donner de l’eau au moulin de l’équipe Française. Aussi l’entraineur Français dans sa stupidité a écarté des éléments clefs, préférant un Thierry Henri, monsieur Hors jeu au bout du rouleau qui sans donner de la main, n’aurait pu obtenir la qualification du onze tricolore, C’est des mecs, comme Zidane et compagnie qu’il aurait fallut pour une équipe, mais pas des joueurs à cours d’idées et tiraillés entre le zèle d’un Riberi qui s’est cru au summum d’une carrière et un monsieur Thierry Henry dont l’mage s’est estompée au lendemain de la retraite de Zidane, laissant un vide que Doménech n’a pu combler. Á l’heure de l’hyper spectacularisation des scènes sportives, diffusées en mondovision et scénarisés à outrance, les psychodrames à rebondissements témoignent, des comportements, de certains joueurs qui ont voulu régner en maîtres absolus d’où l’arrogance, et le nihilisme assuré. Faut-il dénoncer les comportements des « meneurs » qui se sont opposés à certains joueurs, à cause de leurs origines sociales et religieuses, pour voir l’antisémitisme s’installer même dans le sport. Une offensive minable qui, dans la bouche d’un philosophe ayant jadis regretté cette sélection « black, beurs », ne vise qu’à stigmatiser une fois de plus les quartiers populaires, les « banlieues ». Éternel miroir déformé, revoilà la logique du bouc émissaire façon Sarkozy. Les Noirs et les Arabes des banlieues sont des voyous, une majorité des Bleus sont donc des voyous… Le déferlement d’indécences et de richesses du foot, est soumis au racisme et l’attitude de certains joueurs dont la trajectoire sociale leur est montée à la tête au point de leur faire oublier leurs racines et le sens des réalités, comme Thierry Henry, Dans ces conditions comment accepter qu’on puisse avancer sur le terrain d’une stigmatisation de classes, pour ne pas dire « communautariste » ? Qu’on se le dise, Anelka et Ribéry ne sont aujourd’hui pas plus représentatifs des quartiers populaires que M. Finkielkraut, qui, avec un acharnement coupable, oublie les cruautés du monde contemporain et l’atomisation sociale des quartiers dont il ne connaît rien. Aussi ne voit-on pas, qu’il est clairement signifié à nos beurs, de quitter la scène pour employer du « nous vous avons assez vu » aussi sommes nous aveugle au point de ne pas voir, cette France à la vulgarité crasse ? Ne voit-on pas le « casse-toi, pauvre con », tu es un arabe et ta place n’est pas ici, après qu’un Zidane se soit décarcasser pour le titre mondial et une autre final, qu’il aura marqué, par un je n’admet pas, que l’on me marche sur les pieds typiquement algérien n’est ce pas. Ça laisse des traces dans l’histoire du Foot, des trucs pareils vous ne croyez pas.

Benyahia Aek
Dimanche 27 Juin 2010 - 11:14
Lu 431 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+