REFLEXION

Les 100 locaux, échec total



Annoncé en grande pompe, le programme de 100 locaux par commune, soit 150 000 locaux à travers le territoire national, destiné d’une part à relancer l’activité dans les communes du pays et d’atténuer des effets d’un chômage galopant, n’a pas atteint les objectifs escomptés et a mis un grand retard dans sa réalisation. Les autorités locales, considèrent ce programme qui était censé créer pas moins de 300.000 emplois au profit des chômeurs âgés de 18 à 50 ans, dans divers créneaux de services et d’artisanat, comme étant un cadeau empoisonné offert par l’Etat. En dehors du casse-tête du choix des terrains qui devaient être suffisamment indiqués pour recevoir des structures dont la finalité requiert une proximité avec la clientèle, de la réalisation et du suivi des travaux, les responsables locaux étaient chargés entre autre de l’étude des dossiers des postulants. A titre d’exemple, plusieurs locaux ont été distribués et comme pour faire face aux imprévus, il a été décidé en coulisse, de faire en sorte à que les attributions commencent par les petites communes dites ‘maîtrisables’. Ces premières attributions ont été un indicateur majeur pour la suite de l’opération. En effet, aucun fait notable ou débordement n’avait été signalé dans ces petites communes, donc il fallait passer à la vitesse supérieure en s’attaquant aux grandes communes, il fallait finaliser l’opération quelques soit le coût, il n’était pas question pour l’Etat de laisser ces locaux fermés éternellement. Et là, il y a lieu de relever que l’opération de distribution dans certaines communes a tourné à l’émeute pour la non-transparence dans les critères d’attribution et pour d’autres motifs. Mais depuis, c’est le silence absolu, aucune autre opération de distribution n’a été effectuée. Le programme est-il voué à l’échec après plus de cinq ans du début de sa mise en œuvre ? Est-ce de l’argent perdu ? Est-ce un projet mal réfléchi ou tout simplement populiste au point de jeter de l’argent par les fenêtres ? Aujourd’hui, il est malheureux voire consternant de voir que la majorité des locaux réalisés et même distribués, fermés pour une raison ou pour une autre. Certains jeunes bénéficiaires ont même laissé leurs locaux à l’abandon, préférant l’aventure de l’émigration clandestine, d’autres soulèvent le problème de l’électricité, si ce n’est de l’eau. En l’état actuel des choses, il n’est pas surprenant que ces locaux resteront à jamais fermés pour défaut de preneurs. On a peut-être privilégié le slogan au détriment d’une approche économique et réaliste du sujet. Rien ne va plus, les 35 milliards de dinars pour la réalisation de 150 000 locaux, n’ont pratiquement servis à rien, il aurait été plus judicieux peut-être de les injecter dans d’autres projets plus rentables et plus sensés. Sur le terrain c’est tout une autre réalité qui sévit, c’est celle des locaux abandonnés et pour certains saccagés, qui illustrent le gâchis qui a marqué cette opération.

Amara Mohamed
Vendredi 12 Février 2010 - 23:01
Lu 497 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+