REFLEXION

Le wali de Mostaganem promet un châtiment sévère aux responsables des émeutes de Hadjadj

Suite aux graves troubles qu'a connu la commune de Hadjadj, le wali de Mostaganem a tenu à rencontrer la presse ce jeudi 20 octobre juste avant la visite de travail qu’il devait entreprendre dans la daïra de Achaacha.



Le wali de Mostaganem promet un châtiment sévère aux responsables des émeutes de Hadjadj
En effet, c’est aux environs de 9h que le chef de l’exécutif qui a passé une bonne partie de la nuit sur les lieux des incidents, a rencontré les représentants des différents titres de la presse. Après avoir condamné ce comportement, M.Ouaddah a rappelé que l’Espagne est un pays souverain et que c’est son droit de ne pas rapatrier les corps des jeunes haragas tant que ceux-ci n’ont pas été identifiés comme étant ceux des jeunes que nous avons nommés plus haut. Le wali rappelle que l’Etat n’est en aucun cas responsable de cette situation et la preuve est que beaucoup de ces jeunes qui tentent le voyage de la mort ont une situation que d’autres leur envient. N’étant pas au courant de ce qui s’était passé, les responsables locaux et à leur tête le wali, ont fait le nécessaire auprès du consulat pour que les parents des victimes se déplacent en Espagne afin de procéder aux examens d’ADN et au rapatriement des dépouilles de leurs enfants. Certains n’avaient même pas de passeports et du coup il aura fallu l’intervention des responsables locaux pour établir des passeports en urgence. D’après certaines informations, dit le wali, les jeunes émeutiers qui se sont scindés en deux groupes, ont consommé des boissons alcoolisées afin de commettre leurs actes. Après investigations, les services de sécurité ont procédé à plus d’une trentaine d’arrestation. Ces jeunes avaient des traces de pneus brulés sur les mains et un taux d’alcoolémie élevé, certains des objets volés, ont été récupérés. Le wali se dit indigné du comportement de ces jeunes, qui s’en prirent à des biens à utilité publique. Pourquoi, dit-il, s’en prendre à des endroits qui rendaient d’énormes services aux citoyens de la commune ? Comme il ne comprend pas pourquoi nos jeunes continuent à tenter cette aventure qui se termine souvent mal et ce fut le cas une fois de plus pour Larbi, Djamel, Toufik, Laadjel et Moussa, que peuvent-ils trouver là-bas et qu’on n’a pas ici ? Dit sur un ton coléreux M.Ouaddah, l’Etat fait des efforts considérables dans tous les domaines et chaque jeune a l’occasion de créer sa propre entreprise, il suffit d’un peu de patience et de retrousser les manches, mais nos jeunes ne veulent pas de cela ici mais ils sont prêts à le faire outre mer. La plupart des casseurs sont des repris de justice, et si l’Etat a toujours essayé d’être clément avec ses enfants, cette fois, les émeutiers vont payer lourdement ce énième dérapage. Les fauteurs de troubles passeront en justice et payeront la lourde facture, a tenu à dire M.Ouaddah, qui rappelons le, a toujours privilégié le dialogue. Ces jeunes ont eu tord et auraient dû adhérer à sa démarche au lieu d’incendier des établissements scolaires, des administrations, et des biens particuliers. Ils ont tord sur toute la ligne.

Mihoub
Samedi 22 Octobre 2011 - 09:26
Lu 1075 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+