REFLEXION

Le wali de Mostaganem met en garde responsables et élus

"LES PORTES DOIVENT ETRE OUVERTES A TOUS LES CITOYENS"

Dans une déclaration, le wali a mis en exergue l’importance de cette visite, qui entre dans le cadre du suivi des projets en cours de réalisation et dira à ce propos : « Le développement local est conditionné par des propositions concrètes, de la part des citoyens au lieu de se plaindre, il a insisté sur l’hygiène et sur l’assainissement de l’environnement et ce pour un meilleur cadre de vie.



Le wali de Mostaganem met en garde responsables et élus
Selon le chef de l’exécutif, la priorité est donnée aux projets qui sont en retard, et qui sont estimés à 10 % du plan quinquennal précédent, dont le plus important, le théâtre régional dont la réalisation a dépassé 7 années, l’hôpital de 240 lits, 4 années, le port de la salamandre, 7 années, et fera remarquer que les projets, ont coûté plus de 40 milliards de Da, parmi lesquels l’on notera la maison de jeunes de Stidia dont les travaux ont largement dépassé les 5 ans et n’ont pas été achevés à ce jour. Il a précisé aussi qu’il était primordial de mettre un terme à la crise de logement d’ici 2014. Dans ce contexte, plus de 2000 logements seront distribués et ce durant le premier trimestre 2012, a-t-il déclaré. Comme il a mis en garde les responsables et élus, sur les vieilles habitudes, en déclarant que le temps du monopole est révolu, et que les portes sont ouvertes à tous les citoyens, dans le cadre de l’organisation et pour l’intérêt de tous. Lors de cette visite, le wali a inspecté plusieurs projets, dont celui de l’hydraulique, le logement, l’éducation, l’urbanisme en plus du secteur des affaires religieuses. Au cours de cette tournée, il a insisté surtout sur les délais et la qualité, comme il a été à l’écoute du citoyen, notamment les jeunes, qui l’ont informé sur les difficultés rencontrées en matière d’eau potable, le logement, le chômage qui touche la majorité de cette frange. En réponse à leurs préoccupations, le wali les a exhortés à se diriger vers les centres de formation en vue d’acquérir un métier qui est la garantie même d’un avenir prospère.

"M. le wali, nous vivons ici à Tijditt dans une décharge publique..!"
La visite le conduira à Tijditt où il devait inspecter les travaux de réaménagement du marché Couvert de Souika, à la sortie du marché une foule entourera le wali qui a bien voulu prêté attention aux citoyens, l’un d’eux lui dira : « M. le wali, nous vous souhaitons la bienvenue, mais nous voulons vous faire remarquer et comme vous le voyez nous vivons ici à Tijditt dans une décharge publique, et dans ce quartier il y a même des maisons abandonnées qui le sont devenues, et par la force de l’habitude les gens s’y sont résignés et ont baissé les bras, du fait que personne ne veut nous écouter, nous sommes conscients que les citoyens sont aussi à blâmer pour la situation vécue. Il faut que vous sachiez aussi que les services d’entretien ne font rien pour améliorer les choses, le plus dans tout cela ce sont nos enfants qui sont les victimes de cet état de fait et ce qui est le plus grave c’est la situation du cimetière de Sidi Maazouz qui est abandonné devenant une décharge publique sans que personne ne réagisse et ce jusqu’à ces derniers temps. M. le wali, la situation de Tijditt est dramatique voire catastrophique, vous devez faire quelque chose, conclura le citoyen » la réplique du wali était, on ne peut plus clair car il répondra à ce citoyen en lui disant : « Organisez-vous, dans les jours à venir et je vous donne rendez-vous d’ici une semaine et ce avec tous les représentants des quartiers afin de discuter avec vous des préoccupations et nous trouverons des solutions inchallah ». El houria et la cité Djebli seront au menu de la visite du wali, la salle de soins de la cité Akid Lotfi, le marché d’Ain Sefra, le projet des 130 logements de la cité Chemouma, le marché couvert de la cité 5 juillet seront inspectés. Au niveau du jardin public de l’Emir Abdelkader, le wali s’attardera pour s’enquérir du projet de réaménagement, il fera remarquer à ce propos : « Pour le bien des citoyens et du fait que le jardin se trouve au centre de la ville il va falloir faire appel à un paysagiste professionnel et non pas à des amateurs, une remarque faite au maire qui semblait tergiverser sur la question ». Pour rappel, le wali il y a de cela quelques jours avait fait une tournée de travail et d’inspection au niveau de la daïra de Bouguirat et de Hassi Mamèche et conseiller à ses habitants, à faire preuve de civisme et de citoyenneté pour améliorer leur cadre de vie et participer activement avec les autorités, pour la réussite du développement local, et en particulier dans le milieux rural.

La visite du wali commentée par des citoyens
Visite, inspection ou constat, c’est la question que se sont posés les citoyens à les entendre, au lendemain de la visite : Cette visite selon « Yahia » , un commerçant rencontré, nous dira : « Nous pouvons dire que le wali, l’a si bien préparé du fait qu’il était accompagné du maire , du P/APW, des directeurs de l’exécutif et des élus, en ce sens que si la délégation avait été attendue sur les chantiers avec un tapis rouge, comme il a toujours été le cas, il aurait été difficile de mener un contrôle objectif et serein ». Mohamed, un autre citoyen de Tijditt, nous dira quant à lui : « Pour la première fois un haut responsable, se déplace et vient nous voir, nous avons repris de l’espoir, ce wali n’est pas comme ce cher maire, qui nous a laissés patauger dans une décharge publique et nous nous demandons pourquoi M. le wali ne l’a pas encore sanctionné, car depuis qu’il est à la tête de la commune il n’a rien fait pour nous, nous demandons à ce qu’une enquête soit ouverte » El hadj El Habib, lui nous dira : « Rabi Ou kilhoum lui et certains de ses sbires, je sais que c’est Réflexion qui a parlé du cimetière de Sidi Maazouz, merci pour les morts, mais à eux nous ne leur pardonnerons jamais d’avoir laissé la situation se détériorer au point que nos parents et grands-parents soient traités de la sorte, jamais aucun cimetière dans le monde n’aura subit ce qu’aura subit le nôtre, et c’est indigne de nous, aussi nous souhaitons que le wali prenne des mesures contre ces êtres nuisibles, qui ont fait de la ville ce qu’elle est ». A signaler, qu’après cette visite d’autres témoignages ont afflué à notre rédaction, pour ne citer que cela.

Benyahia Aek
Vendredi 30 Septembre 2011 - 21:13
Lu 603 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+