REFLEXION

Le wali d'Oran suspend le maire de Hassi Bounif et le S.G de l’APC d’Ain EL Bia

« Les citoyens doivent faire attention à leurs choix électoraux». C’est ce qu’a déclaré le wali d’Oran lors du dernier briefing qui s’est tenue samedi dernier, à la wilaya d’Oran.



Le wali d'Oran suspend le maire  de Hassi Bounif et le S.G de l’APC d’Ain EL Bia
A moins d’une année de la fin des mandats électoraux, pour le moins, chaotique, le wali d’Oran part en guerre contre les élus récalcitrants et bras cassés qui ralentissent, voire même entravent la cadence de travail et la dynamique de développement qui s’est enclenchée à El Bahia depuis son arrivée à la tête de la wilaya. « Vous êtes à la fin d’un mandat et vous restez immobile. Il y a plein de projets en gestation, faites campagne avec, je vous y autorise, ne restez pas à l’écart et je vous le dis car le sérieux finira par payer. Je vais sortir avec la presse et je vais demander aux citoyens de faire très attention dans leur choix futur. Ce n’est pas possible que des gens pareils se bousculent pour être élus pour, ensuite, refuser de travailler quand les choses deviennent sérieuses », s’insurgera-t-il. Abordant le volet de la solidarité et les pics de perturbations signalés, Boudiaf s’est dit outré par les comportements de certains élus locaux et des maires indélicats. A cet effet et suite à notre dernier article, concernant les démolitions illicites opérés dans le village de Chehairia dans la commune de Ain El Bia contre les propriétaires de terrains agricoles en possession des certificat de possession ,le wali vient de suspendre le secrétaire général de cette municipalité avec l’ouverture d’une enquête pour connaître les aboutissants de l’affaire des parcelles de terrains vendues à des prix exorbitants. Il est clair, que le wali d’Oran est décidé à barrer la route aux élus et cadres corrompus, et déclarera à ce propos : « Ya jmaâ, il faut qu’on soit très clair la dessus. A quoi cela servirait-il de donner à un enfant démuni un cartable de très mauvaise qualité qui finira par se déchirer au bout de quelques semaines. Réfléchissez un peu, je vous en prie », s’exclamera-t-il. Au sujet des retards flagrants et injustifiables dans la distribution des cartables et des trousseaux scolaires, dans la daïra d’Aïn El Turck et Mers El Kébir, et surtout pour ce qui est de la commune de Bethioua , dont la plupart ont été détériorés par les rats . Devant ce constat, Le wali a piqué une colère bleue contre les agissements récurrents de certains élus locaux. « Je n’accuse personne. Mais y en a mare de ces comportements odieux. Il s’agit de nos enfants. Arriver à ce stade et sortir avec des avis infructueux, ça devient douteux. Il faut cesser ces comportements. Je vous le dis pour la dernière fois. Tout ça, c’est connu. On sort avec des avis infructueux pour passer à des marchés de copinages et aux consultations restreintes. Il faut que ça cesse », entonnera-t-il. Sur un autre registre et à la suite de « faits avérés », le wali demandera expressément aux maires et chefs de daïra de « ne toucher à aucun sou provenant des investisseurs. Ceux qui veulent aider, qu’ils ramènent des chèques libellés, qui seront réinjectés sur le champ dans la caisse de la solidarité nationale. Ni le wali, ni personne d’autre ne doivent toucher à ces affaires. Celui qui veut aider qu’il le fasse dans la clarté et la transparence totale. Je ne veux plus entendre parler de ces histoires, car j’ai eu vent de certains cas que je ne voudrais pas citer en public », notera le wali. Dans ce même contexte, il annoncera l’attribution de 1.000 postes d’emploi décrochés auprès du Directeur général de l’ANEM dans le cadre du dispositif du DAIP. Le wali a programmé, plusieurs réunions ayant trait à plusieurs dossiers, pour ce qui est da la rentrée sociale et qui seront débattus. En dernier lieu, il faut signaler que la suspension du maire de Hassi Bounif, est due à la délivrance et la signature d’un acte administratif d’une coopérative immobilière implantée au niveau de la dite commune et qui a fait coulé beaucoup d’ancre, du fait des différentes cedès transactions de vente des parcelles de terrains qui ont été cédés au prix fort par la maffia du foncier qui ne recule devant rien.

Rafik M
Mardi 20 Septembre 2011 - 10:41
Lu 652 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+