REFLEXION

Le wali d'Oran annule la liste et ordonne l'ouverture d'une enquête

ATTRIBUTION DES 96 LOGEMENTS SOCIAUX RHP A ARZEW

La liste des nouveaux bénéficiaires n'a pas fait l'objet d’enquête par le fichier national pour débusquer les faux indus bénéficiaires. Les citoyens d’Arzew protestent suite aux contestations et surtout la colère des citoyens demandeurs de logements sociaux, qui sont dans le besoin, n'ont pas trouvé leurs noms affichés sur les fameuses listes des 96 logements RHP



Qui ont été confectionnées par la complicité des  élus  de cette commune et qui sont entachées de plusieurs irrégularités notamment les détournements de deniers publics, les passations de marché gré à gré moyennant des pourcentages de 40 à 50% de l'enveloppe financière du projet et qui sont nombreux pour les énumérer , du fait que tout  le monde trouve son compte dans cette municipalité qui est gérée  par des élus corrompus dans le sang et qui sont protégés par les pouvoirs  publics du fait qu'il  y  a anguille sous  roche pour ne pas s'étaler  longuement sur ce problème de corruption qui entache la ville phare de l'Algérie. L’opération de remise des pré-affectations et d’attribution des 96 logements sociaux a tourné  au vinaigre,  avant-hier, à Arzew. Les habitants ont bloqué l’axe principal  menant au centre ville du chef-lieu de la daïra et envahi les abords de la daïra. Les jeunes et les femmes ne veulent rien entendre. «Montrez-nous la liste des bénéficiaires. Il y a beaucoup de gens qui ne méritent pas d’être dans ces listes et y figurent», s’insurgent des groupuscules de femmes et des jeunes en furie. Les habitants de cette daïra se disent outrés par les infiltrés et les nouveaux venus qui les exaspèrent d’année en année. « Nous sommes les enfants authentiques de cette daïra. Est-ce qu’il faut que j’édifie une kheîma ou une construction illicite pour que je sois relogé. On nous dit, les gens qui vivent dans les caves sont prioritaires. Cela veut dire qu’on doit faire comme eux. Car nous, nous sommes tout aussi sinistrés, mais d’une autre manière. Moi, je vis avec mes trois enfants dans une pièce avec mes parents», dira ce jeune homme qui se dit au bord du gouffre. Et un autre de nous exhiber 5 livrets de familles affirmant que son cas est unique. «Nous sommes frères et sœurs mariés à vivre avec nos parents dans un maudit F2. Est-ce que je ne suis pas sinistré, moi? Ils viennent de partout et prennent des logements après une brève période et nous, nous sommes là à attendre et attendre. Mais c’est fini maintenant. Nous aussi, nous sommes des sinistrés», nous confient des jeunes pères de familles très en colère. Hier encore, l’opération d’attribution des 634 décisions de pré-affectation de logements s’est poursuivie dans la même tension et colère des citoyens. Ainsi devant l'absence de l'enquête des bénéficiaires par le fichier national afin de débusquer les faux bénéficiaires qui ont déjà bénéficié d 'un logement  tout  type de formule de l'État ou terrain à bâtir, les élus de cette  municipalité se sont contentés de confectionner  des listes à leur guise par les passe droits et du favoritisme et la preuve de tout ce qui s'est passé avant hier et il a fallu encore une fois  l'intervention du wali d'Oran monsieur Boudiaf Abdelmalek qui a  saisi les  services concernés de la daira d 'Arzew pour suspendre la liste et procéder en même  temps à l'ouverture d 'une enquête à commencer par  celui du fichier central qui a été ignoré par les élus de cette commune qui ne  cherchent  qu’à se remplir les poches avant de sortir par les fenêtres.

Medjadji H
Dimanche 4 Décembre 2011 - 10:43
Lu 987 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+