REFLEXION

Le véto français

Encore une fois la France de Sarkozy se démarque par son attitude au Conseil de Sécurité. Elle s’est faite l’avocate d’un ordre colonialiste tout nouveau, tout en s’opposant à la protection des droits du peuple Sahraoui.



La France, de par son attitude vient encore une fois de bafouer et de mettre à terre les principes sur lesquels s’est fondée la République française. La France n’est plus ce pays des droits de l’homme, titre, que le monde entier lui reconnaissait et lui enviait. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Le texte adopté la semaine dernière à l’ONU avait donné lieu à de très vifs échanges, certains membres du Conseil de Sécurité ayant vainement réclamé, comme le Polisario, l’instauration d’un mécanisme permettant à la Minurso d’enquêter sur d’éventuelles violations des droits de l’homme, mais hélas, cette proposition a été bloquée et le grand responsable de ce scandale n’est autre que le gouvernement français, qui a montré cette fois-ci sa détermination à soutenir un ami colonisateur, faisant fi de toutes les règles internationales et se met en travers de tout droit à l’autodétermination du peuple Sahraoui, pourtant reconnu par l’assemblée générale de l’ONU. Le peuple Sahraoui ne fait que réclamer l’indépendance de son territoire annexé par le Maroc en 1975, mais Sarkozy ne l’entend pas de cette oreille, il est tenu de maintenir sa position partiale et partisane pour services rendus, car Nicolas Sarkozy est aussi « achetable». Cette position française a fait grincer même les dents à des dizaines d’élus régionaux et locaux de l’Hexagone et se sont indignés sur l’attitude de l’Etat français envers ce problème de colonisation, d’où d’ailleurs, plus de 150 entre élus régionaux et locaux de différentes couleurs politiques y compris de l’UMP, se sont rendus dans les territoires occupés pour dénoncer la position de leur pays et crier haut et fort « que l’attitude de la France est une honte et un scandale, cette position s’inscrit en contresens des principes mêmes qui ont été à l’origine de la fondation de la République française ». Pour sa part, le président Sahraoui a estimé que cette visite d’élus municipaux et régionaux français intervient pour atténuer une image ténébreuse de la France officielle, imprimée dans la mémoire du peuple sahraoui depuis son alignement inconditionnel sur les thèses coloniales de l’occupant marocain. Par ailleurs, Paris doit savoir que ce soutien inconditionnel, ne peut que prolonger dans la durée les souffrances du peuple sahraoui, sans toutefois entamer sa détermination et son courage à lutter pour défendre son droit légitime à l’autodétermination et à l’indépendance. L’histoire retiendra, que la France d’un certain Nicolas Sarkozy, a été pour beaucoup dans le génocide de tout un peuple désarmé. Les peuples du Maghreb garderont aussi longtemps cette image terne de la France officielle, et conserveront aussi cette autre image splendide et admirable du peuple français pour sa solidarité au peuple sahraoui. Si le peuple sahraoui mérite amplement son indépendance, la France, par contre ne mérite pas un chef d’Eta pareil.

Amara Mohamed
Jeudi 6 Mai 2010 - 00:01
Lu 439 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+