REFLEXION

Le transport en commun dans tous ses états à Mostaganem

Le transport public est un droit que l’Etat a concédé aux transporteurs privés, pour l'assurer convenablement selon la règlementation et doit être conforme aux normes qui le régissent. Toutes les conditions doivent être réunies pour assurer la sécurité des usagers, entretenir l’hygiène à l’intérieur du véhicule entre autre d’où la disponibilité permanente de ce moyen nécessaire et qui demande surtout une bonne prestation qualitative du service.



Le transport en commun dans tous ses états à Mostaganem
Cependant, si l’on se réfère au constat, malheureusement rien ne semble être respecté en matière de prise en charge quant aux pauvres usagers qui sont pris en sandwich et traités comme de la sardine. Il est clair que seule l'anarchie règne en maitre dans ce secteur qui est livré à des privés qui ne prennent aucun compte du voyageur. L'unique mot qui semble caractériser le transport en commun à Mostaganem est "anarchie", qui semble aller comme un gant à ces 54 bus privés qui sillonnent la ville sans aucun respect des clauses des cahiers de charges qui les lient à la direction du transport. Chaque transporteur, fait ce qui lui semble et impose son dictat et dicte  sa loi. De nos jours, il est le maitre à bord de son car il gare où il veut et part quand bon lui semble sans aucun respect pour les horaires. La violation de la réglementation régissant le transport public  est devenue une pratique quotidienne, le mépris  pour les usagers, met en relief la décadence du secteur et le privé ne fait aucun effort pour l’amélioration des services vis à vis des usagers donnant ses consignes à des "receveurs" qui ne savent  que collecter les 10 dinars et charger l’autobus à l’extrême allant jusqu’à faire coller les clients les uns contre les autres, l’essentiel la recette. Outre ces abus, il y a lieu de signaler, le manque d’hygiène, de par la saleté à l’intérieur des bus qui ressemblent à des dépotoirs. Des bus sales et que l’on ne nettoie jamais, une caractéristique devenue la référence de ces corbillards ambulants...! Trop de gens,  sont contraints de s'entasser comme "des sardines dans une boite" selon l'expression en vogue. Ces bus, qui ne quittent les quais  que surchargés enfreignant le code de la route et les lois ne s’inquiètent pas outre mesure de la catastrophe qui pourrait se produire dans le cas d’un accident qui pourrait survenir. Dans ces bus l’on ne peut même pas s’assoir parfois du fait de l’état des sièges qui sont trop souvent dans un état lamentable, Aussi vaut-il  mieux être debout que de s'asseoir ajouter à cela les odeurs nauséabondes, mégots qui jonchent le plancher ainsi que les crachats avec des vitres condamnés en majeur partie afin de  ventiler l'intérieur, alors que par contre dans d’autres bus, les vitres ne se ferment plus  pour éviter les coups de froid fréquents en cet hiver . La vétusté des bus est également un danger pour les clients, car certains bus ont plus d'une vingtaine d'années d'âge et même plus et tombent souvent en panne causant des retards à l’usager qui doit arriver à son travail à l’heure. D'autres exposent la vie des usagers à la mort par le manque d'entretien, à savoir mécanique et surtout les freins d’où les nombreux accidents qui se sont produits allant jusqu’à causer la mort d’un enfant et de son père. Cette situation ne cesse de préoccuper les usagers et pointent du doigt les propriétaires qui n’ont aucune considération pour le voyageur. En absence de tout contrôle administratif et technique de la part de la tutelle qui "ferme trop l’œil" sur de tels dépassements contraires à la réglementation en vigueur, les transporteurs privés font la loi et gèrent ce créneau, comme bon leur semble et défient l’autorité car leur seul crédo est le profit ....!

Mohamed El Amine
Mercredi 29 Février 2012 - 21:54
Lu 883 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Bendjafar Halima le 06/03/2012 09:52
Cet article vient à temps exposé l'état des transports en commun qui ne cesse de se dégrader devant le silence absolu des parties responsables du secteur.
Une situation qui suscite le déclenchement immédiat de la sonnette d'alarme afin de faire réagir la conscience des responsables qui apparemment ne semblent pas s'affronter aux dangers quotidien qui guettent les usagers,autrement ca aurait sans doute réveiller leurs esprits!
Étant usagère des minibus de la ligne (Centre ville-Kharouba), Je lance à travers mon témoignage un appel à la Direction du transport de la Wilaya de Mostaganem dans l'espoir de les faire intervenir afin et prévenir d'avantages incidences qui pourrai couter la vie des pauvres citoyens usagers des bus ou dans les meilleurs cas atteindre leurs dignités par la violation de leur droit d'avoir une prestation adéquate aux normes civile.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+