REFLEXION

Le ton, le thon et l’air du temps



Comme nous sommes dans un pays où le grand sac de « globalisation» est toujours ouvert le ministre de la pèche et des ressources halieutiques n’a pas tourné la phrase cent fois dans sa bouche avant de lancer sur les ondes de chaine… il n’est question d’effacer les dettes des pécheurs et le ministère ne prépare aucune projet dans ce sens … d’un trait. Pourtant la tentation est grande d’apprécier le ton de M Knenafou en ces temps où la fermeté dans la décision tout court ne sont pas dans l’air du temps. Le problème c’est que quand ce genre de décision est prise avec la fermeté qui y est mise dans le cas précis, on s’encombre rarement d’explication convaincante sinon au ministère de la pêche ou a un autre bureau au niveau de responsabilité un aurait pu nous … expliquer la pêche est surement moins stratégique que l’agriculture, mais elle est importante et, ce qui ne gâte rien n’a jamais été plus, prospère que l’agriculture, elle a au contraire souvent été en de ça. Et la décision manifestation générale d’effacer la dette des agriculteurs a té prise. Il n’y avait aucune nuance possible. Les cultures spéculatives étaient du nouveaux des cultures vitales et le producteur de fraisés était traité avec les mêmes égards que le créalcuteur ni la viabilité de l’entreprise agricole ni sa rentabilité économique ni son utile sociale n’est prise en compte on efface point barre. Y compris quand l’agriculture n’en a jamais été un en fait. une globalisation dont il faudrait bien faire le bilan d’ailleurs au moment où la production qui demeure à un stade embryonnaire et qui était déjà rachitique a quand même réussi la performance de régresser cette année le ministre de la pêche est allé « rassurer » les pêcheurs, les vrais et les faux, les spéculateurs et les vulnérables, ceux qui échinent à ramener la sardine, comme ceux qui vendent de la crevette royale et le ton rouge en haute mer, que les rumeurs et les question n’ont aucun fondement et tous ceux qui ont contracté des dettes doivent s’en a quitter, on aura remarqué que comme pour les agrumes l’absence de nuance est une règle d’or. Tout le monde dans le même sac, on n’efface pas point barre, dans le monde dans le même sac. Le monstre de la pêche élaborera un rapport à transmettre au gouvernement dans le quel il sera question de prolonger le délai de remboursements. L’Algérie avec 1600 kilomètre de lit tord exporte régulièrement 70% de ses ressources halieutiques vers les pays du sud européen notamment l’Espagne qui rafle la majeafa partie du produit de la pêche de la crevette banche royale langoustes, cigales et autres espèces de poisson ceci ….. renseigne sur les prix de la sardine à 400 et 500 DA.

N. Bentifour
Lundi 23 Mai 2011 - 11:42
Lu 295 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+