REFLEXION

Le temps de l’opportunisme ou l’ambition démesurée…

Chez nous on bavarde, alors que les opportunistes scandent, avec le lexique des météorologues, des indices de «ressenti» et de «fiabilité» encadrant des pronostics qui ne sont nous que des «instantanés», après plus rien. Dans sa dramatique et spectaculaire incohérence la mouvance islamiste se prépare à la bataille législative, une si belle et propice aubaine se devait d’être exploitée jusqu’à la moelle, par un Djaballah qui plaide pour une coalition s’il sortait victorieux des législatives, la proposition est à prendre avec des pincettes.



Le temps de l’opportunisme ou l’ambition démesurée…
Une démarche pour le moins inhabituel pour Djaballah et pour certains politicards qui jouent sur le rassemblement et dans le microcosme politique qui a pour unique objectif, de saboter toute initiative d’ouverture politique pouvant déboucher à un véritable changement dans notre pays. On peut dire ce qu’on veut, on peut les traiter de tous les noms d’oiseaux, mais ces politiques ont encore une capacité de mobilisation que les autres responsables d’opposition pourraient difficilement revendiquer.   Le temps «instantané»  est celui de l’opportunisme et de l’oubli, tout à rebours du temps militant, qui est de la mémoire et des enjeux, lesquels vont bien au-delà du résultat escompté et tant espéré. L’ambition démesurée de Djaballah a surpassé celle de ses compères Soltani et Menasra. Est-ce à dire que l’électeur s’y laissera si complaisamment enfumer et à  ne lui faire battre la campagne que par le petit bout du code électoral. Dans ce contexte, comment voulez-vous qu’il ne s’y risque sans y emporter ses peurs et ses fantasmes à l’approche des échéances, après des années d’attentes et d’espérances? Pour étayer ce rebondissement dans la volte face de Djaballah qui veut brasser large dans la mouvance islamiste, l’appel au vote plus qu’implicite par les partis politiques et par les prétendants à la députation le 10 mai prochain, donne l’impression d’une bataille perdue d’avance. La campagne électorale,  la «bataille des idées» n’existent pas et le référendum ne rassure pas sur ce point. Qu’il s’agisse de stigmatiser les chômeurs ou de parler de l’avenir du pays est ici périlleuse par l’absence de programme de Djaballah qui tient mordicus à la victoire, sinon il crierait à la fraude. Le chantage dès le départ d’une campagne qui s’annonce foireuse et le plus dramatique, c’est qu’aucun candidat ne dit mot de ceux dont la présence sur nos trottoirs crève les yeux, ceux qui n’ont et ne sont plus rien, le peuple de la rue.  La montée des islamistes place s’il y a des démocrates algériens, dans une situation très difficile, comptant sur l’apport des dissidents du FIS dissous  et encouragés par l’appel au boycott de Abassi Madani. Le parti de Djaballah, veut devenir la principale force politique en Algérie, sans être véritablement majoritaire. Les islamistes, comme bien d'autres, ont beau jeu de dresser un bilan prétendument catastrophique des dernières décennies. Djaballah ne mène pas campagne seulement pour l'unité  mais pour l'arrivée au pouvoir de son parti et celui des mouvements islamistes. Nonobstant le mouvement de Djaballah, un certain nombre de sympathisants participent déjà aux activités des réseaux islamistes. Ceux-ci ne manqueraient pas de soutenir le gouvernement d'une Algérie islamique, selon le dessin politique des  pays voisins et le printemps arabe, a redonné du poil de la bête aux leaders de certains partis qui se disputent le leadership de la mouvance qui  ont des difficultés à se repositionner en Algérie, et si cela venait à se concrétiser,  les conséquences peuvent de nouveau être négatives pour l’avenir politique du pays. De ce point de vue l'opinion publique est très sensibilisée aux problèmes de l'Algérie ; et elle conserve les souvenirs d’une décennie ensanglantée par les rapports de rancune ou d'attirance selon le cas, en vérité étonnants compte tenu de la tragédie nationale subie par le peuple algérien, dont les séquelles sont toujours présents.

Benyahia Aek
Dimanche 25 Mars 2012 - 12:14
Lu 285 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+