REFLEXION

Le secteur des travaux publics pointé du doigt

EFFONDREMENT DES PONTS A EL BAYADH

« On aurait pu éviter cela si… » ; une phrase qu’on entend souvent au lendemain d’une catastrophe plus au moins naturelle de la bouche de ceux dont le métier est de prévenir et de protéger la population contre les effets dévastateurs des calamités naturelles. En effet les inondations meurtrières qui ont frappé El Bayadh ont révélé, encore une fois, la fragilité des infrastructures de bases en Algérie. Des ponts se sont effondrés et des tronçons de routes ont été emportés par les eaux de pluies.



Le secteur des travaux publics pointé du doigt
La fragilité des infrastructures de bases en Algérie a encore été remise à l’ordre du jour suite aux inondations meurtrières qui ont frappé El Bayadh. Des ponts se sont effondrés et des tronçons de routes ont été emportés par les eaux de pluies. Le ministre des Travaux publics Amar Ghoul, qui s’est déplacé sur les lieux, a juste constaté les dégâts sans rien diresur les raisons de cette catastrophe qui a isolé des quartiers entiers de la ville d’El Bayadh. Aucune enquête n’a été annoncée pour déterminer les responsabilités et en tirer les conséquences. Aucune explication n’a été fournie sur la fragilité des ponts algériens, fortement vulnérables. Cette situation rappelle celle du séisme de Boumerdès en 2003 et des inondations de Bab l’Oued (Alger) en 2001. L’effondrement de ponts à El Bayadh suscite des interrogations parmi les ingénieurs des travaux de publics, habitués à concevoir et à réaliser des ouvrages d’arts. Les ponts sont généralement destinés à tenir au moins un siècle et à résister à des séismes et à des catastrophes naturelles dont les inondations. « Il y a eu défaillance dans la conception des ponts et des routes de cette ville », explique un expert en travaux publics. « Comment peut-on construire des ponts dans une région connue pour ses pluies torrentielles sans prendre en considération la pluviométrie et le risque de crue des oueds ? »», s’interroge t il.Dans la conception d’un pont qui enjambe un lit de rivière, plusieurs paramètres sont pris en compte dont celui de l’élévation du niveau d’eau en cas de crue. « Les fondations de l’ouvrage d’art doivent être suffisamment solides pour résister à des courants d’eau d’une vitesse exceptionnelle », explique le même expert. A El Bayadh, les règles de l’art ont été ignorées dans la conception de l’ouvrage et sa réalisation. Il en est souvent de même, dans les villes de l’intérieur du pays, notamment celles situées très loin de la capitale comme El Bayadh, d’importantes sommes d’argent sont dépensées annuellement dans la réalisation de nouvelles infrastructures de base qui s’effondrent aux premières grandes pluies saisonnières. Il s’agit d’un scandale que les autorités semblent minimiser voire ignorer.

Ismain
Samedi 8 Octobre 2011 - 22:03
Lu 646 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+