REFLEXION

Le rêve brisé d’un jeune algérien « Harraga »

Assassiné par la maffia européenne de la drogue



Le rêve brisé d’un  jeune algérien « Harraga »
Le rêve brisé d’un jeune algérien « Harraga »
Assassiné par la maffia européenne de la drogue

Cette histoire vraie et pathétique reflète une réalité amère qui de nos jours est devenue une spirale moribonde qui guette nos jeunes livrés à eux même.

L’exemple est réel, et raconte le chemin sinueux et labyrinthique d’un jeune algérien sans emploi, obnubilé par l’idée hystérique de prendre sans envol au péril de sa vie, regagner la mer pour partir plus loin, vers une autre destination, car là, la vie est plus facile, plus prometteuse, plus enrichissante. Insouciant, révolté ce jeune algérien déguerpis pour rejoindre sa barque et regagner le large de la méditerranée. Le courage est inouï, cette nouvelle pulsion de braver la mort est inégalable. Le seul souci, la seule devise pour ces jeunes, est d’arriver sur l’autre rive de la méditerranée pour enfin s’emparer de l’eldorado.
Arrivé à bon port, sain et sauf, car il devrait rendre hommage à la grand bleu qui été vraiment calme durant toute cette périlleuse traversée. A son premier pas de débarquement, le jeune harragua découvre la première mauvaise surprise, Il fut appréhendé par les gardes cotes françaises, pour ensuite être emmener aux services de renseignement, pour se retrouver seul dans une cellule en prison. Arrivée dans cette impasse, il avait le choix de purger soit une peine de prison soit payer une caution contre sa liberté et son rapatriement vers son pays, l’Algérie. Vu sa situation de précarité, et de pauvreté, il ne pouvait répondre à la deuxième solution pour retrouver sa liberté. Payer une caution, était chose impossible, car il ne connaissait personne en France, du fait qu’il est arrivé clandestinement. Seul et complètement abattu, il commence à réaliser à ce qui lui vient d’arriver. A l’intérieur de sa cellule, il ne fait que se morfondre, et rêve que de quitter ce lieu sinistre, dont l’idée d’y être un jour ne l’avait jamais effleuré auparavant. Son vrai malheur commença par sa présence dans ce lieu carcéral. Seul et délaissé, il fut rapidement rapproché par des prisonniers étrangers, qui lui offrent gentiment leur service, ne connaissant pas bien sur qu’ils sont condamnés pour appartenance à un grand réseau de trafic de drogue entre l’Europe et l’Amérique du sud. Amadoué, il accepta sur le champ leur offre, car sa seule phobie était de sortir le plus vite de la prison et retrouver sa liberté. Une fois la caution réglée, il retrouva à sa sortie de prison des étrangers qui lui offrent un faux passe port tunisien, sous une fausse identité qui lui a permis de quitter sans problème le sol français pour se rendre en Tunisie, pour y installer, car toutes les conditions étaient réunies au préalable. De là, il a pris sa nouvelle fonction, celle de gérer les bonnes affaires de grand réseau de trafic de drogue. Les jours passèrent et sa misère se dissipa, alors sa richesse commence à croitre pour culminer à son apogée au point ou il s’est permis de procédé à beaucoup de projet et d’investissement dans son pays d’origine, c'est-à-dire dans la capitale « Alger ». Il passait ses jours en vrai nabab à voyager entre Alger et Tunis, et même parfois vers l’Europe, en tant qu’homme d’affaire incontesté, lui qui rêvait par le passé de rejoindre la rive nord même au péril de sa vie, en tant que « Harraga ».
Mais la vie peut paraitre parfois cruelle et pleine de mauvaises surprises, tout peut basculer en un seul instant, car bâtir sa vie en accumulant une richesse illégale peut une aventure fatale. Ce jeune algérien, pauvrissime dans son passé, richissime aujourd’hui, désormais ne se contenta point de cette situation. Il voit plus loin, nourris en lui une convoitise ardemment passionnelle d’accumuler encore plus d’argent, même au dépend des barrons lesquels, travaille pour eux. Ce fut la descente aux enfers, après avoir pris possession de leurs différents comptes bancaires secrets et autres sésames, il procéda génialement à de différentes opérations de transfert de sommes colossales sur ses comptes personnels, avant de regagner l’Algérie, et y installer sous son vraie identité. Ensuite, Il s’installa dans une commune située à la partie Sud de la capitale dans un petit appartement, croyant être à l’abri de tous, notamment de ceux qu’il venait de ruiner de leur fortune. La chasse ne fut pas trop attendre, et le jour fatal est sur le point de sonner le glas. Par un matin, ce jeune fugitif, ne se doutant de rien, sortit de chez lui et se dirigea vers sa voiture. Il ouvrit la porte et s’installa tranquillement. A cet instant surgissent ses ennemis, et l’abattent en toute quiétude pour l’abandonner ensuite, raide mort à l’intérieur de son véhicule.

. .
Mardi 26 Mai 2009 - 00:39
Lu 548 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+