REFLEXION

Le raté du 25 décembre 2011 de la télévision algérienne

DEBATS SUR LES REFORMES POLITIQUES

La télévision algérienne a organisé un débat le 25 décembre 2011 dans la soirée sur les réformes politiques en Algérie en présence de partis politiques. Pour ce début, cela a été un grand raté.



Le raté du 25 décembre 2011 de la télévision algérienne
Regardant rarement   la télévision algérienne, à l’instar de la majorité de la population algérienne parabolée, l’ENTV  qui nous qui a habitué souvent à des banalités et peu d’innovation  à l’instar de tous celles et ceux qui pont vu cette émission, j’ai été profondément  choqué devant l’attitude de la présentatrice.  Selon les informations  recueillies, cette dernière   n’est nullement  une spécialiste  des questions politiques et économiques  mais une ancienne présentatrice de 20h  habituée  à lire, sur ordre, des communiqués.  Alors que l’ENTV et la radio officielle algérienne  ont   de brillants cadres  cachés.  Ou  alors l’ENTV aurait  pu faire appel à des spécialistes ou  de journalistes    de  journaux indépendants  pour rehausser le débat sur des sujets  complexes  qui impliquent une connaissance pointue. Car combien de brillants journalises  algériens animent des télévisions internationales  renvoyant  à la dévalorisation du savoir qui  touche également ce segment sensible. Mais là n’est pas l’essentiel.   Essayant de caresser du poil   le discours officiel , et citant  toutes les minutes s le président de la république( est ce nécessaire et lui rendre service )  , à une réponse d’un parti qui allait dans le  sens contraire, la présentatrice  l’ a interrompu brutalement  avec une indécence  inadmissible .  Dès lors, nous  avons pu assister, en direct,   au départ  des représentants de ce parti qui ont quitté le plateau. A  ce moment précis l’émission était, dans l’esprit de la majorité des Algériens, terminée.  Continuant comme si rien ne s’était produit, la présentatrice  a  donné la parole pendant  plus de 10 minutes   à un représentant du pouvoir,   déconnecté  tant des réalités nationales que mondiales,  nous affirmant, ( j’ai failli tomber de ma chaise)  que l’Algérie connaissait la démocratie depuis  1970 alors que le président de la République  a affirmé que nous sommes au début et  en apprentissage. Qui veut être plus royaliste que le roi ? Non Madame,  une  présentatrice doit  être neutre. Vous n’aviez pas le droit d’interrompre  si brutalement  un parti  qui ne collait pas avec  vos  pensées ou les directives que vous avez  eu.  Le respect de la pensée d’autrui  est  le fondement de la déontologie tant intellectuelle que journalistique, le plus grand ignorant étant celui qui prétend tout savoir. Seule la confrontation des  idées  contradictoires, par un débat serein productif, sans sinistrose, ni autosatisfaction, peut faire avancer l’Algérie. Nous sommes à l’ère  de la  révolution des télécommunications où le monde est devenu une maison de verre,  et il ne sert à rien  de cacher la vérité. Le constat est que  le débat sur les réformes   commence mal, très mal.  La présentatrice à vouloir  bien faire,  a discrédité         l’image   de  l’Algérie  au niveau international.   Le Ministre de la communication   a bien eu raison d’affirmer récemment que si  l’ENTV, en panne d’imagination, continuait dans cette voie, avec l’ouverture  l’audio visuel,  elle est appelée à disparaitre du champ médiatique.  

Dr. Abderrahmane MEBTOUL
Lundi 26 Décembre 2011 - 20:48
Lu 777 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+