REFLEXION

Le ras-le-bol du personnel enseignant à Oran

Les mouvements de contestation lancés au début du mois par le personnel enseignant des deux lycées Mustapha Heddam (Castors) et les frères Meftahi (Hayat), semblent faire tâche d’huile.



Le ras-le-bol du personnel enseignant à Oran
Après la grève menée par les enseignants du collège Abderrahmane Mira (Planteurs), et à  quelques mois seulement des examens décisifs du baccalauréat et du BEM, le secteur de l’Education nationale, dans la wilaya d’Oran, s’enfonce dans l’anarchie. Le personnel enseignant, de plusieurs établissements scolaires, dénonce l’incompétence avérée de certains responsables du secteur personnel enseignant du CEM Nedjma 2 a observé un arrêt de travail au début de cette semaine pour «dénoncer les conditions de travail dans cet établissement scolaire». Les contestataires exigent également le départ du directeur.
Le personnel enseignant d’autres établissements du cycle moyen, pourrait emboîter le pas dans les prochains jours pour crier son ras-le-bol. Les syndicats autonomes affûtent leurs armes pour faire pression sur la tutelle et en particulier durant cette période sensible qui précède les examens de fin d’année. Les revendications du personnel enseignant sont en effet portées par plusieurs syndicats autonomes à l’exemple du SNAPEST, l’UNPEF et le SNTE. Les organisations syndicales, qui ont recensé plusieurs insuffisances dans les établissements scolaires, contestent la gestion du secteur, dans la wilaya d’Oran. Ainsi, le tiers des écoles primaires est dépourvu de chauffage. Les élèves gèlent dans les classes en cette période de froid glacial et en particulier dans les communes périphériques de la wilaya. Les premières victimes de cette situation sont les premières années qui n’ont que leurs petits manteaux et le frottement de leurs frêles mains pour se réchauffer. Le froid dans les salles de classe, les fait grelotter et ils éprouvent du mal à se concentrer et suivre leurs cours, en particulier durant les deux premières heures de la matinée. Les élèves sont contraints de garder leurs manteaux pour ne pas geler de froid.  La situation est d’autant plus désespérée, puisque le froid s’est bel et bien installé avec une remarquable chute de la température.Parents d’élèves et personnels enseignants dénoncent le laxisme des services concernés. Les promesses des élus locaux d’équiper la totalité des écoles primaires de chauffages, avant l’avènement de l’hiver, sont restées lettre morte. Les parents d’élèves attirent également l’attention sur le manque d’entretien des quelques équipements de chauffages dans les écoles. Des pannes récurrentes sont signalées sur ces appareils.  Les élèves en payent le prix. Des journées entières dans le froid avant que les services concernés ne daignent se manifester. Dans les établissements qui appliquent l’enseignement continu, un système loué par les responsables locaux, des repas froids sont distribués aux élèves. Au collège Nedjma 2, certains élèves ne trouvent même pas de chaises pour suivre leurs cours. Dans certaines classes, trois élèves sont empaquetés sur une même table.

Medjadji H
Samedi 25 Février 2012 - 21:50
Lu 413 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+