REFLEXION

Le ramassage scolaire fait défaut à Sidi Chahmi

La commune de Sidi Chahmi située à quelques kilomètres du chef lieu de la wilaya d’Oran est en souffrance, ce qui contraint les écoliers de recourir au privé. En effet, la commune de Sidi Chahmi, relevant de la daïra d’Es Senia, à titre d’exemple, le transport scolaire est loin de suffire et de satisfaire les lycéens.



Le ramassage scolaire fait défaut à Sidi Chahmi
Les services assurent péniblement le ramassage scolaire, car le parc roulant communal n’est doté que de trois minibus vétustes qui datent, pour la plupart, des années 80. Le maire, que nous avons questionné à ce propos, indiquera : «Nous n’arrivons pas à  avoir pignon sur rue, car pour assurer le transport pour tous les élèves, il faudra renforcer notre flotte et aussi recruter des chauffeurs,  du fait que  certains  d’entre eux sortiront bientôt en retraite. Pour le moment, nos chauffeurs effectuent deux rotations, matin et soir, mais cela reste insuffisant par rapport au nombre d’élèves transportés ». Pour la commune d’Es Senia, si le parc roulant est doté de quatre bus, le manque de chauffeurs, par contre, handicape le service. D’ailleurs, le maire nous indique qu’il y« un manque de chauffeurs, nous n’avons que deux employés, et en dépit des deux rotations qu’ils font matin et soir, c’est encore loin de satisfaire la demande, car il y a un grand nombre de collégiens et de lycéens qui suivent leur scolarité au chef-lieu de la daïra», Et d’ajouter que «cette commodité n’est pas assurée pour deux hameaux, à savoir Hai Nedjma ex Chetaibo  et Emir Abdelkader, situés sur l’ex chemin de wilaya ». A Sidi Chahmi, la commune est dotée de trois minibus, les services de l’APC trouvent d’énormes difficultés pour faire face à cet épineux problème, surtout que le personnel est amoindri, ces derniers temps, après le départ en retraite de quelques employés. Le premier responsable de la municipalité regrette qu’une commune aussi importante que la sienne, en nombre de villages et de citoyens, ne possède que quelques minibus. Pour lui, « plusieurs élèves des villages de Sidi Chahmi, Hai Nedjma, Emir Abdelakader…, sont obligés de marcher à pied pour rejoindre les différents arrêts des fourgons privés ». Le maire n’est pas allé par le dos de la cuillère pour fustiger les services concernés et ajoute que «nous avons écrit aux responsables concernés dans l’espoir de nous équiper en moyens de transport et de régler le problème du personnel. Mais on est toujours dans l’attente ». A Hai Nedjma une municipalité limitrophe, le ramassage scolaire est un peu mieux loti, puisqu’il est assuré à 90%.

Medjadji H
Dimanche 12 Février 2012 - 11:04
Lu 320 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+