REFLEXION

Le préventif, mieux que le curatif



Le préventif, mieux que le curatif

Ce qui s’est passé en Tunisie, n’a  rien d’étonnant dans la mesure où les tunisiens eux-mêmes ne s’attendaient pas à une telle précipitation des événements. En l’espace de 72 heures, c’est tout un pays qui a basculé vers l’autre côté de la barrière. Résultat. La Tunisie est sans président depuis  deux jours. Aux autres pays arabes  de prendre au sérieux  ces événements, et réfléchir à mettre en  œuvre tous les moyens susceptibles d’éviter ce genre de situation. En ouvrant le champ politique et en libérant les initiatives, pas autrement. Mieux vaut prévenir que guérir. 


Réflexion
Dimanche 16 Janvier 2011 - 10:09
Lu 351 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+