REFLEXION

Le pétrin du festival du film arabe



Le pétrin du festival du film arabe

Jamais des festivaliers et autres journalistes algériens n’avaient été humiliés de la sorte, a fortiori, durant un tel festival. Ce fut la goutte qui a fait déborder le vase! Alors que le Festival international du film arabe avait mal commencé, puis redressé la barre, il s’est terminé par un fiasco. Au départ, une délégation syrienne qui arrive à l’aéroport Houari-Boumediene est obligée de se déplacer du point international au point national pour prendre son vol en direction d’Oran, seule sans aucun accueil digne d’un invité de festival. Grave incident qui a imposé au commissaire du festival de faire des excuses officielles en bonne et due forme, sinon elle était dans l’obligation de retourner en Syrie. Grande fut la surprise des festivaliers et du public quand, lors des premières projections de films, l’on constata que les salles de cinéma n’étaient pas chauffées. Celles-ci n’ont été chauffées que plus tard.


Réflexion
Mardi 28 Décembre 2010 - 10:53
Lu 347 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+