REFLEXION

Le mouvement dans le corps des walis est imminent. Le chef de l'état maintient le suspense.



Le mouvement dans le corps des walis est imminent. Le chef de l'état maintient le suspense.
Comme rapporté dans nos éditions précédentes (Voir Réflexion des 17 Mai et 27 Juin 2009), le mouvement dans le corps des wali est imminent. De sources fiables, le dossier est bien ficelé au niveau de la présidence de la république.
Cependant, aucune information n’a pu filtrée en ce qui concerne les départs à la retraite et les éventuelles mutations. Le Président de la république est la seule autorité de l’Etat à détenir ces informations croit-on savoir, personne n’est mis au parfum, même les plus proches n’en savent plus rien. Ce mouvement selon les analystes politiques intervient dans une période de doute et de suspicion, tout juste trois mois après sa réélection à la magistrature suprême du pays. Il aurait demandé des rapports aux services compétents sur chacun des commis de l’Etat concernés à l’effet d’évaluer leurs performances en matière d’avancement des projets notamment ceux initiés dans le cadre du plan de relance économique. Plusieurs wilayas seraient classées en zone dite « rouge » et dont le chef de l’Etat n’est nullement satisfait des résultats obtenus ces deux dernières années, des wilayas qui ont connu également des désordres. Dans ce cadre, l’on notera de pas moins de 10 grandes wilayas y feraient partie de cette zone dont deux de l’Ouest. Concernant les départs pour fin de fonction, l’on enregistre le même nombre dont quatre chefs d’exécutif de wilaya de l’Ouest seraient concernés. Par ailleurs et selon certaines informations, cinq walis seront remerciés et trois secrétaires généraux seront promus au rang de wali. Pour la wilaya de Mostaganem, on croit savoir que l’actuel wali de Mascara est pressenti à la tête de la capitale du Dahra, quant au wali de Mostaganem, deux variantes seraient actuellement avancées, prendre en charge la wilaya de Sidi-Bel-Abbès ou un poste de consul à l’étranger, la tendance penche plutôt vers cette dernière probabilité. Toujours est-il que le locataire d’El-Mouradia, aurait pris la décision semble-t-il, de donner la chance aux jeunes cadres, plus particulièrement ceux qui ont fait leurs preuves et ont donné entière satisfaction dont certains sont déjà en exercice. L’objectif est d’injecter aussi du sang neuf et d’ouvrir le secteur aux jeunes compétences marginalisées et qui pourraient rendre d’énormes services à l’administration, qui il faut le dire, a été secouée par plusieurs turbulences. Toutefois, rien n’est officiel du fait que le président de la république maintient le suspens jusqu’à la dernière minute. En attendant, tout le monde semble sur le qui-vive.

Réflexion
Lundi 10 Août 2009 - 08:26
Lu 2614 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+